/news/politics
Navigation

Enquête sur un ministre: Un protocole existe bel et bien pour permettre à la SQ d'informer le gouvernement

Enquête sur un ministre: Un protocole existe bel et bien pour permettre à la SQ d'informer le gouvernement
Photo d'archives Jean-François Desgagnés

Coup d'oeil sur cet article

Contrairement à ce qu’avait dit le ministre de la Sécurité publique Martin Coiteux en octobre, un protocole permettant à la police d’avertir le gouvernement lorsqu’un membre de l’exécutif est visé par des allégations d'infractions criminelles existe bel et bien à Québec.

Le 19 janvier, le bureau de Philippe Couillard a été informé par la Sûreté du Québec que le ministre de l’Agriculture Pierre Paradis faisait l’objet d’un signalement. Jeudi soir, elle a confirmé au gouvernement qu’une enquête policière avait lieu.

En octobre, à la suite de l’affaire Gerry Sklavounos, Martin Coiteux soutenait pourtant que ce type de pratique n’existait pas. «Il n’existe pas de protocole, de directive, de procédure par lesquels les services de police vont dire sur qui et sur quoi ils travaillent. C’est un principe fondamental de séparation des pouvoirs», avait-il dit.

Son cabinet explique toutefois que la situation est différente aujourd’hui puisque Gerry Sklavounos n'était pas ministre et qu’il ne s’agit pas selon eux d’une contradiction. «Il ne s’agit pas d’informer qu’une enquête est en cours. C’est une mise à jour de l’habilitation de sécurité. Les ministres ont une habilitation de sécurité. Dès que des allégations sérieuses sont faites à leur endroit, ça vient changer leur habilitation de sécurité, c’est donc normal que la Sûreté du Québec informe le gouvernement», dit l’attachée de presse Marie-Ève-Pelletier en entrevue avec Le Journal. M. Coiteux n'avait toutefois pas précisé à l'époque que les ministres étaient dans une classe à part.

Même son de cloche du côté de la SQ. On explique que tous les ministres ainsi qu’une certaine quantité de députés «ministrables» ont une habilitation de sécurité. Si en cours de mandat ces individus font l’objet d’allégation, «c’est normal d’avertir le bureau du premier ministre», indique-t-on. Étonnamment, le corps policier disait en octobre que «la SQ n’informe pas les partis politiques qu’un de leurs membres fait l’objet d’une enquête».

Quant à savoir pourquoi la SQ a été saisie du dossier alors que la plainte a été faite au Service de police de la Ville de Québec (SPVQ), les policiers invoquent la notion de «l’intégrité de l’État» pour expliquer ce changement de garde.

— Avec la collaboration de Jean-Nicolas Blanchet