/travel/destinations
Navigation

Balades à Granada et à León

Coup d'oeil sur cet article

Arrêts incontournables au cours d’un périple au Nicaragua, les villes de Granada et de León représentent toutes deux le parfait amalgame d’architecture coloniale, de repères historiques et culturels, de traditions et de quotidien aux accents éclatants et musicaux.

C’est en se baladant pieds nus sur le toit immaculé de sa cathédrale – classée au patrimoine ­mondial de l’UNESCO – que l’on découvre León le plus joliment. De là-haut, le tumulte de la ville se transforme en un murmure ­berçant la vue parfaite sur León, la colonne de volcans voisins (la ­cordillère des Maribios) et ses ruelles grouillantes. À travers tout cela, des marchés colorés, des ­restaurants typiques, des hôtels et des établissements dont le nombre a doublé en quelques années et une vingtaine d’églises ­d’architecture coloniale.

Plantée tout à l’ouest du pays, la ville de León peut se vanter d’avoir ouvert les portes de la première université au Nicaragua. Son ­penchant pour la culture et les arts est notamment célébré au ­musée Ortiz Gurdian (proposant en ce moment une exposition sur les trois maîtres européens Salvador Dali, Marc Chagall et Joan ­Miró), ainsi qu’au musée dédié au poète nicaraguayen Ruben Dario.

Un peu de répit

Le secret d’un séjour réussi à León est simple: dénicher un hôtel à l’extérieur de la ville (pour nous, ce fut le charmant hôtel Mariposa, idéalement situé en retrait du centre-ville, www.hotel-mariposa.com), afin de ponctuer son voyage de moments de répit bien au calme. Car le chahut de León se doit d’être vécu à petites doses, et préférablement en soirée, alors que la chaleur laisse place à la douceur des fins de journée et que le parque central s’anime joyeusement.

C’est toutefois sur la plage que nous attendait l’ultime expérience à vivre à León. Dans la réserve ­naturelle Isla Jan Venado, la ­balade guidée en bateau dans la mangrove – où poissons, oiseaux et animaux se laissent admirer sans crainte – se conclut par le plus émouvant spectacle qui soit: la rencontre, puis la remise en ­liberté d’une quinzaine de minuscules tortues dans le Pacifique. Des bébés fraîchement venus au monde, protégés de leurs nombreux prédateurs par les bénévoles locaux œuvrant dans la ­réserve naturelle. De petites bêtes fortes que nous avons aidées et ­encouragées à gagner l’océan alors que se couchait le soleil.

Viva Granada!

Des maisons colorées, mais ­jamais identiques, un parque ­central sur lequel veille une ­sublime cathédrale ambrée, des calèches faisant de l’œil aux ­touristes, une rue, La Calzada, ­devenue piétonnière, et un éternel air de fête: Granada s’impose à grands coups de couleurs pastel et de points de vue impeccables sur le volcan Mombacho.

En décembre, la Purisima et Noël font se multiplier les célébrations dans cette ville en constante ­effervescence. Entre le fameux ­défilé du 7 décembre (la Purisima célébrant l’Immaculée Conception de la Vierge Marie est ici une fête encore plus importante que Noël), les bonbons et les fruits offerts en guise de gourmandises et les bombas­­ (pétards et feux d’artifice que l’on fait exploser à toute heure de la journée), Granada se laisse découvrir au rythme que le voyageur choisit de faire sien.

On l’explore de façon active en randonnée sur les flancs et dans la forêt nuageuse du volcan Mombacho. On l’apprivoise, les sens aux aguets, dans les rues enjouées du centre-ville. On la savoure tout en légèreté au bord de la piscine de la Mansion de Chocolate, ce choco-spa-musée-hôtel prenant place dans l’ancienne maison du ­président Evaristo Carazo; petit paradis d’architecture coloniale et de calme, pourtant en plein cœur de la ville.

À l’instar de León, Granada prend plaisir à se bercer dans les coutumes et les traditions. Ici, les artisans et les marchands dressent chaque jour leurs kiosques aux quatre coins de la ville, qui se ­découvre aussi doucement à pied qu’à vélo.

CARNET D’ADRESSES

À León
  • Hôtel Covento: pour le jardin et le hall somptueux. ­www.elconventonicaragua.com
  • La cour intérieure du El Bodegón Café, reconnu comme l’un des meilleurs restaurants de la ville.

À Granada

  • Café de los Sueños: pour l’ambiance, le décor (la murale a été peinte par un artiste montréalais), les sandwichs, salades et plats bien de chez nous (dont la lasagne de Micheline!) proposés par Simon Trépanier, propriétaire québécois, et sa collègue mexicaine.