/world/usa
Navigation

Trump va donner 30 jours à ses généraux pour un plan contre l’ÉI

Trump va donner 30 jours à ses généraux pour un plan contre l’ÉI
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le nouveau président américain Donald Trump a donné jusqu’à fin février à ses responsables militaires pour lui présenter un plan «pour vaincre» le groupe État islamique.

Le président remplit ainsi l’une de ses promesses de campagne, lui qui pendant des mois avait moqué et critiqué la lenteur des progrès dans la lutte contre le groupe djihadiste.

Le plan devra comprendre «une stratégie exhaustive pour vaincre l’ÉI», selon le texte du décret signé samedi soir par M. Trump et publié par la Maison-Blanche. Une « ébauche du plan pour vaincre l’ÉI » devra être présentée dans les 30 jours.

Le nouveau secrétaire à la Défense, James Mattis, devra notamment trouver des moyens de donner plus de latitude aux troupes pour combattre l’ÉI «dans le respect des lois internationales», s’attaquer à l’ÉI sur tous les fronts y compris sur internet et proposer des mécanismes permettant de priver les jihadistes de financement.

Le décret demande aussi à James Mattis, «d’identifier de nouveaux partenaires pour la coalition (mise en place par les États-Unis contre l’ÉI)».

La lutte contre l'ÉI: une priorité

Dans un entretien téléphonique samedi, Vladimir Poutine et Donald Trump ont convenu de développer des relations «d’égal à égal» en accordant la «priorité» à la lutte «contre le terrorisme» et en mettant en place une «réelle coordination» contre le groupe État islamique en Syrie, a indiqué samedi le Kremlin.

Une option que les militaires américains voient avec méfiance estimant que les Russes sont avant tout en Syrie pour soutenir le régime de Bachar al-Assad.

«Des deux côtés a été exprimée une volonté de travailler activement en commun pour stabiliser et développer la coopération russo-américaine sur une base constructive, d’égal à égal et mutuellement avantageuse», a indiqué le président russe dans un communiqué à l’issue du premier entretien téléphonique des deux chefs d’État depuis l’entrée en fonction du président américain.

«L’accent a été mis sur la priorité à donner à l’union des efforts dans la lutte contre la menace que constitue le terrorisme international. Les présidents se sont exprimés en faveur de la mise en place d’une coordination réelle des actions russes et américaines pour détruire l’ÉI et les autres groupements terroristes en Syrie», a indiqué la même source.

Rencontre au Pentagone

Vendredi, Donald Trump s’était rendu au Pentagone pour y rencontrer ses chefs militaires et il a déjà été question des moyens d’accélérer la lutte contre l’ÉI.

M. Trump pourrait choisir de bousculer la stratégie de son prédécesseur Barack Obama, qui voulait éviter à tout prix d’impliquer les troupes américaines au sol dans les combats et leur avait pour l’essentiel assigné un rôle de conseil.

Pour l’instant, les Américains - qui ont ont déployé un peu plus de 5000 militaires en Irak aux côtés des troupes irakiennes, et près de 500 soldats des forces spéciales en Syrie, aux côtés essentiellement des Forces démocratiques syriennes, une coalition arabo-kurde.

Les avions américains - et ceux appartenant à la coalition internationale - bombardent aussi quotidiennement les jihadistes depuis l’été 2014.

La perspective d’un renforcement des troupes américaines pourrait particulièrement s’envisager en Syrie.

Les militaires américains pourraient ainsi être déployés en plus grand nombre pour aider les forces qui prendront d’assaut la ville de Raqa, la capitale auto-proclamée de l’ÉI, selon la presse américaine.