/sports/hockey
Navigation

Peu d’hockeyeuses sur la glace

L'équipe des Mighty Ducks réunie sur la glace après le match finale des femmes, en compagnie de Patrice Brisebois (gauche) et Enrico Ciconne (droite).
Photo courtoisie L'équipe des Mighty Ducks réunie sur la glace après le match finale des femmes, en compagnie de Patrice Brisebois (gauche) et Enrico Ciconne (droite).

Coup d'oeil sur cet article

Le peu d’hockeyeuses présentes sur la glace de la Classique montréalaise dimanche n’est pas représentatif du sport, selon une des équipes féminines qui a participé au tournoi.

Sur les 144 équipes qui participaient dimanche à la Classique montréalaise, un tournoi de hockey amateur organisé dans le cadre du 375e de Montréal au parc Jean-Drapeau, seulement 8 étaient féminines et 7 mixtes.

«Il y a beaucoup d’équipes de hockey féminin au Québec, souligne d’abord Joanie Pauzé, une joueuse des Mighty Ducks, dont l'équipe s'est finalement inclinée en finale. Le nombre d’équipes qui participaient au tournoi dans la catégorie des femmes n’est pas représentatif de l’état de santé du hockey féminin au Québec.»

Selon elle et plusieurs de ces coéquipières, les inscriptions tardives, la nouveauté du tournoi et le nombre restreint de patinoires expliquent sans doute ce faible pourcentage d’équipes féminines.

Bon niveau de jeu

«Le niveau de jeu est très bon, constate Mme Pauzé. On ne savait pas à quoi s’attendre en s’inscrivant, puisque c’est la première fois qu’un tournoi de ce genre est organisé, mais dans chacune des équipes, tu remarques plusieurs bonnes joueuses».

Joanie Pauzé, joueuse pour les Mighty Ducks, une équipe qui s'est rendue en finale de la Classique montréalaise cet après-midi au parc Jean-Drapeau.
Photo courtoisie
Joanie Pauzé, joueuse pour les Mighty Ducks, une équipe qui s'est rendue en finale de la Classique montréalaise cet après-midi au parc Jean-Drapeau.

«Chacun des arrondissements de la ville de Montréal est représenté sur la glace, et la qualité du spectacle est au rendez-vous», indique Jean-Loup Barbeau, directeur de projet pour evenko.

Un tournoi «trop» populaire

Ce qui est certain c’est que plusieurs passionnés, masculins ou féminins, n’ont pu prendre part à l’événement.

Bien que les organisateurs aient accepté 144 équipes, au lieu des 96 prévues, 68 n’ont pas pu participer, faute de place.

Ils ont tout de même réussi à réunir plus de 800 participants au cours du week-end sur les 16 patinoires aménagées sur le Bassin olympique. «On a fait des pieds et des mains pour s’assurer du bon fonctionnement de l’ensemble, et compte tenu qu’il n’y a pas eu de retard sur l’horaire du tournoi, ça tient de l’exploit.»

Avec tout le succès que l’événement a remporté, gageons que ce ne sera pas la seule et unique édition.