/news/currentevents
Navigation

Rouler sur l’or... et en Ferrari: Andy Manaras est multimillionaire à 27 ans

Coup d'oeil sur cet article

Andy Manaras n’a que 27 ans, mais il roule en Ferrari, possède une collection de montres Rolex et une des maisons les plus luxueuses au Québec, qui vaut 6 millions $.

Le jeune homme est le fils de George Manaras, un entrepreneur d’origine grecque et ex-propriétaire d’une PME de portes de garage de Dorval, Micanan.

Ce dernier est décédé subitement en 2012 d’un anévrisme au cerveau.

Les événements ont alors catapulté Andy aux commandes de l’entreprise familiale à l’âge 22 ans. Et depuis ce temps, selon lui, tout explose. «Tout le monde prédisait qu’on allait se planter, mais nous avons doublé les revenus de la compagnie en cinq ans», dit-il.

L’entrepreneur est depuis devenu l’un des plus jeunes multimillionnaires du Québec et il mène le train de vie qui va avec. Sa Ferrari 488 GTB 2016 à 325 000 $ loge dans un garage au blanc immaculé.

Le grand luxe

Son château de Hudson en met aussi plein la vue. On y trouve un cellier vitré spectaculaire, où trônent notamment des bouteilles de champagne Veuve Clicquot et Perrier-Jouët, et de grands crus.

Dotée d’un système domotique permettant de tout contrôler en un clic d’iPhone, la luxueuse résidence abrite aussi une collection d’épées StarWars commandées au fournisseur de George Lucas, en Californie.

À l’extérieur, une piscine à débordement donne sur un terrain de golf bucolique. Le hockeyeur Alexandre Burrows, des Canucks de Vancouver, et un DJ couronné de succès de la formation Adventure Club, qui fait régulièrement le tour de la planète, sont ses deux voisins.

Déjà à vendre

Andy souhaite vendre maintenant la maison de ses rêves, dont il a supervisé tous les détails de la conception, quelques mois après y avoir emménagé parce qu’elle ne lui convient plus.

Son emploi du temps frénétique ne lui permet plus de faire 40 minutes de route aller-retour tous les jours.

«C’est trop loin de Montréal. Je me vois vivre dans un loft au centre-ville. C’est la maison de mon ancien moi», a-t-il confié.

«Hudson est un bel endroit pour vivre, mais c’est un endroit pour prendre sa retraite ou élever une famille, je ne suis pas rendu là», dit celui qui dit avoir eu longtemps la réputation d’être un party animal auprès de ses amis.

«Ça m’arrivait d’entrer dans un bar et de commander 20 bouteilles de champagne d’un coup», dit-il.

Vie différente

Si ce n’avait pas été du décès de son père, Andy Manaras dit que sa vie serait probablement très différente.

«Mon rêve était d’être musicien. On avait eu beaucoup de succès avec un premier hit électro sur YouTube quatre jours avant la mort de mon père», se souvient-il.

 

QUI EST ANDY MANARAS ?

Sur Instagram, au luxueux hôtel Atlantis aux Bahamas, en compagnie de sa petite amie.
Photo INSTAGRAM
Sur Instagram, au luxueux hôtel Atlantis aux Bahamas, en compagnie de sa petite amie.
  • Il a grandi à Hudson, un village cossu à l’ouest de Montréal.
  • Président de Micanan Systems, une entreprise de portes de garage de Dorval depuis 2012.
  • Il finance trois projets de capital de risque, dont un site internet pour musiciens (Outro) et une sauce piquante (SmokeShow).
  • Il possède un site internet, andymanaras.com, où il donne des conseils de vie et d’entrepreneuriat. Sa devise: «Stop dreaming. Start doing.»
  • Il a fini son secondaire, mais il a abandonné le cégep (John-Abbott) avant la fin du premier semestre: «Ce n’était pas pour moi», dit-il.
  • Dans sa bibliothèque, vous trouvez les biographies de Steve Jobs et d’Elon Musk, des inspirations pour lui.
 

DES AMBITIONS PLANÉTAIRES

Andy Manaras voulait d’abord faire construire une maison tout en verre d’inspiration californienne, mais on lui a dit que c’était impossible en raison du climat nordique.
Photo Ben Pelosse
Andy Manaras voulait d’abord faire construire une maison tout en verre d’inspiration californienne, mais on lui a dit que c’était impossible en raison du climat nordique.

Andy Manaras ne cache pas qu’il a eu de la chance en naissant dans une famille aisée.

Il dit cependant que c’est grâce au travail et à l’effort qu’il est arrivé à ce qu’il est à tout juste 27 ans.

Il confie avoir des ambitions énormes pour Micanan et pour d’autres projets qu’il finance et veut développer comme entrepreneur.

Il vient notamment d’investir dans la commercialisation de la sauce SmokeShow, inventée par un employé du restaurant Joe Beef.

«Je vois cette sauce être vendue dans les Urban Outfitters, pas dans des IGA. C’est une marque au potentiel incroyable et mondial», dit-il, enthousiaste.