/news/currentevents
Navigation

Attentat à Québec: onde de choc dans la communauté

Lundi, la police se trouvait toujours aux abords du Centre culturel islamique.
Photo Annie Roussel et collaboration photohélico.com Lundi, la police se trouvait toujours aux abords du Centre culturel islamique.

Coup d'oeil sur cet article

Incompréhension, colère et tristesse s’entremêlent chez les gens résidant dans le secteur bordant le Centre culturel islamique de Québec, à la suite des attentats terroristes perpétrés dimanche soir.

«Ça me désole tellement, c’est tellement violent, tellement de haine. Je n’en reviens pas», a lâché Marie-Claude Larochelle, qui demeure près de la grande mosquée de Québec où six personnes ont été tuées, dimanche soir, à la suite d’un attentat terroriste dont l’auteur présumé est Alexandre Bissonnette. «Je vois les petits enfants musulmans qui marchent dans la rue, tous les jours, j’espère qu’ils ne sont pas là-dedans, les familles que ça touche. Je ne connais personne, mais ça me touche tellement», a-t-elle ajouté en sanglotant.

Réveil brutal

Pour sa part, Christiane Carrier n’a pas eu connaissance des tragiques événements dimanche soir, mais au réveil, lundi, la scène a été brutale. «Il y avait plein de voitures blindées autour du stationnement. L’entrée était barrée, il y avait des gens cagoulés avec des mitraillettes», a relaté la propriétaire d’un salon de coiffure et d’une résidence situés sur le chemin des Quatre-Bourgeois, juste à côté d’une maison de chambres où réside Mohamed Belkhadir, arrêté à tort par les policiers.

Par ailleurs, les gens étaient nombreux à se recueillir devant la mosquée, lundi. Plusieurs y déposaient des gerbes de fleurs en hommage aux victimes.