/sports/hockey/canadien
Navigation

La filière russe s’agrandit

Nikita Nesterov retrouve des visages connus chez le Canadien

Pratique des Canadiens
Photo Ben Pelosse Nikita Nesterov disputera mardi soir son premier match dans l’uniforme du Canadien, face aux Sabres de Buffalo.

Coup d'oeil sur cet article

Comme plusieurs de ses compatriotes, Nikita Nesterov est un homme de peu de mots devant les journalistes. Mais s’il n’a pas été très loquace lundi, le Russe pourra se reprendre une fois les portes du vestiaire fermées.

Avec Andreï Markov, Alexei Emelin, Alexander Radulov et Alex Galchenyuk, qui parle aussi la langue, Nesterov est un peu comme chez lui au domicile du Canadien.

«C’est bon pour moi. Les gars m’aident. Je connais également Sven Andrighetto», s’est réjoui le défenseur, devant les nombreux journalistes venus à sa rencontre.

« Les Russes semblent se sentir confortables dans notre organisation. Ils ont l’air de se sentir bien dans la ville. Les gars de cette nationalité nous donnent du bon hockey. » – Michel Therrien

À 23 ans, Nesterov dit voir la transaction, qui l’a fait passer de Tampa à Montréal jeudi dernier, comme une occasion de relancer sa carrière.

Cette saison, l’entraîneur du Lightning Jon Cooper l’a rayé de sa formation à 14 reprises. Au cours des 35 parties auxquelles il a pris part, le natif de Chelyabinsk a récolté 12 points (3 buts, 9 aides) et présenté un différentiel de -3.

Si le Lightning a cédé ses services en retour de Jonathan Racine et d’un choix de sixième tour, c’est que pour une raison ou une autre, l’équipe a jeté l’éponge.

Mais bonne nouvelle pour Nesterov: son nouvel entraîneur croit également que cet échange lui permettra d’amorcer un nouveau chapitre.

Un chapitre qui s’ouvrira mardi soir, face aux Sabres de Buffalo, alors que le Russe disputera un premier match avec le Canadien.

«Le passé ne m’inquiète pas, a commenté Michel Therrien lundi. J’ai eu une discussion avec lui. Il est très au courant de nos standards.

«C’est une opportunité pour lui, a poursuivi l’entraîneur. Dans le passé, on a eu de belles histoires avec des joueurs dans son genre. Il y en a que nous sommes allés chercher et de qui on a pu soutirer le maximum et on espère faire la même chose dans son cas.»

Markov, le mentor

En comptant les espoirs Nikita Scherbak et Mikhail Sergachev, Nesterov sera le sixième Russe à enfiler le chandail bleu-blanc-rouge cette saison.

«On ne vise pas nécessairement à aller chercher des joueurs russes, a mentionné Therrien. C’est plus une question de circonstances.»

«Les Russes semblent se sentir confortables dans notre organisation, a-t-il continué. Ils ont l’air de se sentir bien dans la ville. Les gars de cette nationalité nous donnent du bon hockey.»

Markov y est-il pour quelque chose? Le défenseur s’est fait une niche dans la métropole depuis son premier match, en 2000.

«Lui est capable de communiquer en russe, même si des fois, ça n’a pas l’air beau!» s’est moqué Therrien.

Farce à part, l’entraîneur pense que son vétéran attire le respect de ses compatriotes de par son parcours dans la Ligue nationale et sur la scène internationale.

«Avoir un gars comme Markov dans notre équipe, ça aide la transition de chaque joueur qui arrive», estime Therrien.

Quant au numéro 79 lui-même, il y est allé de bons mots à l’endroit de son nouveau protégé.

«Je le connais. On a parlé un peu avant l’entraînement. C’est un bon jeune défenseur. Il patine bien et il a un bon tir. Il peut aussi faire une bonne première passe, ce qui sera bon pour notre équipe», croit le patriarche russe du Canadien.


♦ Avec l’arrivée de Nikita Nesterov, le Canadien a soumis le nom du défenseur Zach Redmond au ballottage. L’une des signatures de Marc Bergevin le 1er juillet dernier, Redmond a disputé 16 matchs avec le Canadien. Il a récolté cinq aides et montré un différentiel de +6.


♦ En congé d’entraînement lundi à son retour du match des étoiles, Carey Price retrouvera son filet face aux Sabres de Buffalo, mardi soir.