/news/currentevents
Navigation

Vague de solidarité à Montréal

Des milliers de Québécois se sont rassemblés pour rendre hommage aux victimes de l’attentat de Québec

Coup d'oeil sur cet article

** Vous êtes invités à témoigner votre sympathie à la suite de cet attentat en écrivant à l'adresse opinions@quebecormedia.comNous publierons certains de ces messages en ligne par la suite.

Plusieurs milliers de Montréalais ont bravé le temps glacial lundi soir pour rendre hommage aux victimes de l’attentat de Québec et faire un pied de nez à la haine raciale.

Des Québécois de toutes les origines, armés de bougies et de pancartes, ont rempli la place de la gare Jean-Talon, près de la station Parc à Montréal.

Plusieurs citoyens musulmans ont pris la parole à tour de rôle en français, en anglais et en arabe devant un parterre déjà plein à craquer dès 18 h.

«Votre présence aujourd’hui nous rappelle à quel point notre nation est forte, à quel point elle est unie et indivisible et que notre diversité fait notre force», a déclaré le coprésident de l’Association des musulmans et des Arabes pour la laïcité au Québec, Haroun Bouazzi, déclenchant les applaudissements à tout rompre de la foule.

Solidarité

La citoyenne Ève Torrès, qui a pris la parole ensuite, a appelé à la fin de l’islamophobie. «Ce que nous voulons, ce sont des actions concrètes pour contrer l’incitation à la haine et à la violence», a-t-elle dit.

Croisé dans la foule compacte, le Montréalais Rachid Ayadi s’était fait un devoir d’assister au rassemblement.

«Il fait froid, mais il faut sortir pour dénoncer le racisme et la haine. Il ne faut pas se cacher dans nos maisons. Il faut se montrer et dire ce qu’on pense pour que les choses changent», a-t-il déclaré.

Devant l’ampleur du regroupement, l’une des organisatrices de la vigile, Rim Mohsen, s’est dite «sous le choc» et submergée par l’émotion.

«C’est la preuve que le Québec, ce n’est pas l’attentat de dimanche. Le Québec, c’est tous les gens qui se sont rassemblés ici [lundi soir]. Il faut que le monde s’en souvienne. Parce qu’on a peur et on se demande: est-ce qu’on est vraiment devenus ça? Mais non, on est des gens solidaires», a-t-elle dit au Journal.

Elle dénonce aussi le discours de certains politiciens et chroniqueurs du Québec qui tend à légitimer le racisme. «Les gens sont moins gênés d’être racistes quand d’autres le sont ouvertement sur des tribunes publiques», soutient-elle.

Militants rassemblés

Un second rassemblement, plus militant celui-ci, s’est tenu dans le quartier «petit Maghreb» près du métro Saint-Michel à Montréal.

Quelques centaines de personnes ont répondu à l’appel du Collectif canadien anti-islamophobie dont le porte-parole est le prédicateur controversé Adil Charkaoui, qui a fait un long discours appelant les politiciens à prendre des «actions concrètes» pour faire cesser le climat xénophobe qu’il perçoit.

Le militant anarchiste Jaggi Singh a aussi pris la parole, appelant la foule à crier «musulmans, bienvenue».