/sports/others
Navigation

Mylène Paquette la conquérante

Mylène Paquette la conquérante
Photo Agence QMI, Toma Iczkovits

Coup d'oeil sur cet article

En pleine préparation pour le Défi canot à glace Montréal, qui aura lieu le 12 février, Mylène Paquette entrevoit avec un réel enthousiasme sa première course hivernale à bord de sa nouvelle embarcation.

Le défi de naviguer sur des eaux gelées l’interpellait depuis longtemps. «J’admirais les gens qui faisaient du canot à glace», a-t-elle dit ce matin, en marge d’un entraînement avec ses coéquipiers sur le fleuve Saint-Laurent, au Vieux-Port de Montréal.

Par le biais d’une amie, elle a découvert ce sport il y a quelques années, à Québec. «J’ai essayé pendant deux à trois heures. Il y a beaucoup de relief sur le fleuve là-bas et j’ai vraiment trouvé ça épeurant! Mais ça m’a donné envie d’en faire.»

Début difficile

Lorsque l'organisateur Simon Lebrun l’a approchée pour être porte-parole du Défi canot à glace Montréal et pour monter sa propre équipe, l’occasion était beaucoup trop belle pour refuser.

Quoique les premiers essais sur glace avec ses nouveaux coéquipiers, lors d’un camp d’entraînement en décembre, à Montmagny, l’ont fait douter quelque peu.

«On a commencé sur un lac et, ensuite, on est allé sur le fleuve avec les marées et la glace qui pète sous nos pieds. Après le week-end, je voulais débarquer et je suis rentrée chez moi en pleurant dans la voiture. C’était trop dur. Je pensais vraiment que je ne serais pas capable. J’avais peur de tomber dans l’eau et moi, être immergée, je n’aime pas ça.»

Persévérance récompensée

Comme à son habitude, Paquette a persévéré et elle ne l’a pas regretté. Aujourd’hui, elle a vraiment la piqûre du canot à glace.

«Ce que je trouve très attirant de ce sport-là, c’est que tu jongles avec ce que la nature te donne. Une différence de 2, 3 ou 4 degrés change complètement la pratique. C’est pourquoi toutes les sorties sont différentes. Il faut s’adapter aux marées, aux courants, aux vents, au froid. [...] On se sent comme des conquérants, comme des aventuriers», explique-t-elle.

«Ce que j’aime aussi, c’est le travail d’équipe. C’est le besoin de l’équipe qui prime et on pense aux autres avant de penser à soi. On s’oublie un peu et on se pousse pour les autres, même quand on est complètement à bout.»

Deux autres compétitions

Elle et ses coéquipiers prévoient participer à deux autres compétitions cet hiver, à Sorel et à l’Isle-aux-Coudres. Assurément, ils souhaitent poursuivre l’expérience la saison prochaine. Paquette songe même pousser plus loin son nouvel amour pour le canot à glace.

«C’est cool, la course, mais ce serait le fun aussi de faire de plus longues distances. Je travaille sur des idées présentement. C’est un sport ancestral, mais il y a tellement de place à l’innovation», conclut-elle.

Le canot à glace s’invite au Vieux-Port de Montréal

Pour une cinquième année consécutive, le Vieux-Port de Montréal s’apprête à accueillir le Défi canot à glace Montréal. Encore peu connue dans la métropole, la discipline n’en est pas moins spectaculaire. Et tranquillement, elle gagne des adeptes.

«C’est un sport qui existe depuis des années, partout au Québec. On a décidé de l’implanter à Montréal, car on a une piste de course extraordinaire, le fleuve, qui est juste en face de la ville», a raconté Simon Lebrun, l’organisateur de l’événement qui se tiendra le 12 février.

«Notre démarche, c’est d’offrir un spectacle aux familles, mais c’est aussi d’inciter les gens à faire du sport à l’extérieur et en équipe. On veut surtout faire découvrir le canot à glace, un sport formidable qui existe uniquement au Québec en raison du fleuve et des conditions climatiques.»

Seulement trois équipes

Déjà très populaire à Québec, la discipline en est encore à ses  balbutiements à Montréal où, pour l’instant, on ne compte que trois équipes.

«À Québec seulement, il y en a plus de 70. Il n’y a pas de raison qu’à Montréal, on n’ait pas autant d’équipes compte tenu du bassin de population», a lancé Lebrun.

En février, 40 équipes provenant des quatre coins de la province s’affronteront lors de l’étape montréalaise du circuit québécois, qui chapeaute sept compétitions de canot à glace. Les autres épreuves ont lieu à Rimouski, Sorel, L’Isle-aux-Coudres, Portneuf et Québec [deux épreuves].

Festivités du 375e

À Montréal, l’événement fait partie de la programmation officielle des festivités du 375e anniversaire de la ville. Le départ sera donné en début d’après-midi au Quai de l’horloge.