/news/currentevents
Navigation

Cérémonie funéraire : Unis en mémoire des victimes

Des discours rassembleurs ont marqué la cérémonie en hommage aux musulmans décédés à Québec

Coup d'oeil sur cet article

Une forte ambiance de solidarité a envahi l’aréna Maurice-Richard où des milliers de personnes se sont rassemblées jeudi en hommage à trois des six victimes de l’attentat perpétré au Centre Culturel islamique de Québec.

«Ça veut dire qu’on est quelque chose ici» a lancé en larmes Souad, une musulmane originaire de l’Algérie.

«Nous ne sommes pas juste isolés de tout le monde, comme on a pu se sentir. Là [durant la cérémonie], j’ai vu de mes yeux qu’on peut continuer à vivre ici au Canada», a-t-elle dit.

Comme plusieurs, elle a senti beaucoup d'unité et de soutien durant la cérémonie. Elle s’est dite soulagée, à sa sortie de l’événement.

«Ça va mieux»

«Après l’attentat, c’était sombre pour moi. Je me demandais: “C’est quoi ce pays, on est où?” a-t-elle affirmé. Je songeais à mes enfants, mais maintenant que j’ai vu tout le monde uni, ça va beaucoup mieux.»

L’événement tenu selon le rite funéraire musulman a rassemblé plus de 5000 personnes. Le public était convié pour rendre hommage à Aboubaker Thabti, 44 ans, Khaled Belkacemi, 60 ans, et Abdelkrim Hassane, 41 ans, qui ont été sauvagement abattus pendant qu’ils priaient dans une mosquée de Québec, dimanche.

Une autre cérémonie se tiendra, aujourd’hui au Centre des congrès de Québec, en l’honneur de Mamadou Tanou Barry, Alderkrim Hassane et Azzeddine Soufiane aussi tués durant cet attentat.

Discours rassembleurs

La célébration s’est ouverte dans un grand silence, malgré les milliers de personnes rassemblées. Un Cheikh a fait résonner dans le grand aréna quelques versets du Coran en langue arabe. Le premier ministre Justin Trudeau a poursuivi en ouvrant une série de discours prononcés par des politiciens.

Il a parlé des rêves et des ambitions de chacune des victimes, qui étaient toutes «des époux, des papas, des amis et des collègues», a-t-il rappelé. Des imams ont ensuite pris parole.

«La voie, chers frères et sœurs, elle est dans le partage, l’agir ensemble, au-delà de ce qui fait nos particularités», a dit l’un d’eux nommé Mahdi Tarkawi, avant d’être chaleureusement applaudi.

–Avec la collaboration d’Améli Pineda

La cérémonie en six étapes

1. Avant que les corps soient placés dans un cercueil, la religion musulmane prévoit la pratique d’une toilette rituelle (Ghousl). Elle consiste à appliquer des ablutions sur le corps comme pour se préparer à la prière. Pour le lavage, au moins deux hommes ou deux femmes doivent être présents selon le sexe du défunt.
Photo AFP
1. Avant que les corps soient placés dans un cercueil, la religion musulmane prévoit la pratique d’une toilette rituelle (Ghousl). Elle consiste à appliquer des ablutions sur le corps comme pour se préparer à la prière. Pour le lavage, au moins deux hommes ou deux femmes doivent être présents selon le sexe du défunt.
2. Le cortège funéraire est arrivé vers 10 h 30 à l’aréna Maurice-Richard où les familles ont pu se recueillir autour des cercueils, quelques minutes avant l’ouverture des portes au public.
Photo CHANTAL POIRIER
2. Le cortège funéraire est arrivé vers 10 h 30 à l’aréna Maurice-Richard où les familles ont pu se recueillir autour des cercueils, quelques minutes avant l’ouverture des portes au public.
3. Thomas Mulcair, du NPD, le maire de Montréal, Denis Coderre, son homologue de Québec, Régis Labeaume, le chef du gouvernement québécois, Philippe Couillard, et le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, se sont recueillis lors de la lecture de passages du Coran par un Cheikh (un homme sage de la communauté musulmane) marquant l’ouverture de la cérémonie.
Photo AFP
3. Thomas Mulcair, du NPD, le maire de Montréal, Denis Coderre, son homologue de Québec, Régis Labeaume, le chef du gouvernement québécois, Philippe Couillard, et le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, se sont recueillis lors de la lecture de passages du Coran par un Cheikh (un homme sage de la communauté musulmane) marquant l’ouverture de la cérémonie.
4. Les dignitaires ont tous livré des discours teintés de solidarité. Ici, le maire de Québec, Régis Labeaume, avait peine à contenir ses émotions. Il a été réconforté par le maire de Montréal, Denis Coderre, et le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, sous le regard du premier ministre canadien, Justin Trudeau.
Photo AFP
4. Les dignitaires ont tous livré des discours teintés de solidarité. Ici, le maire de Québec, Régis Labeaume, avait peine à contenir ses émotions. Il a été réconforté par le maire de Montréal, Denis Coderre, et le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, sous le regard du premier ministre canadien, Justin Trudeau.
5. Une prière a conclu la cérémonie sur le parterre de l’aréna, où se sont séparément positionnés les hommes et les femmes. L’imam prononçait «Al-lahu Akbar», qui signifie «Dieu est le plus grand», avant que la foule fasse de même.
Photo AFP
5. Une prière a conclu la cérémonie sur le parterre de l’aréna, où se sont séparément positionnés les hommes et les femmes. L’imam prononçait «Al-lahu Akbar», qui signifie «Dieu est le plus grand», avant que la foule fasse de même.
6. Avant de quitter l’aréna, des participants ont pu se recueillir et offrir aux membres de la famille des défunts leurs condoléances.
Photo AFP
6. Avant de quitter l’aréna, des participants ont pu se recueillir et offrir aux membres de la famille des défunts leurs condoléances.
 

Ce qu'ils ont dits

« C’est une vraie tragédie. Juifs et musulmans sommes des cousins et nous voulions offrir nos condoléances aux familles. Nous espérons que cela n’arrivera plus jamais»

–Zvi Hershcovich, membre de la communauté juive de Montréal

« Ils étaient six Québécois canadiens de confession musulmane, des pères, comme moi, comme nous, des fils, comme moi, comme vous. Ils étaient nous. Ils étaient aimés, appréciés et respectés, et ils le seront toujours, nous ne les oublierons pas»

– Philippe Couillard, premier ministre du Québec

« Cette tragédie ne doit pas nous aveugler ou obscurcir nos regards sur ce qu’il y a de bon chez nous et qui avait convaincu [les six victimes] de venir vivre chez nous»

– Régis Labeaume, maire de Québec

«On lance un message d’amour avant la haine. On condamne la haine et l’ignorance qui conduisent à des atrocités»

– Denis Coderre, maire de Montréal

«Dans ce moment sombre, notre pays s'est uni et s'est montré solidaire envers cette communauté touchée par un drame pour célébrer la vie de ceux qui étaient des époux des papas, des amis et des collègues»

– Justin Trudeau, premier ministre du Canada