/sports/opinion/columnists
Navigation

Retour des blessés: scénario idéal pour Marc Bergevin

Les blessés commencent à revenir au jeu pour le Canadien et hier, à Philadelphie, c’était au tour d’Alex Galchenyuk, ralenti ici par Claude Giroux.
photo AFP Les blessés commencent à revenir au jeu pour le Canadien et hier, à Philadelphie, c’était au tour d’Alex Galchenyuk, ralenti ici par Claude Giroux.

Coup d'oeil sur cet article

On ne pouvait souhaiter un meilleur scénario pour le Canadien.

Les joueurs qui étaient sur la touche renouent avec la compétition.

Ne reste plus que Brendan Gallagher et ce n’est qu’une question de temps avant qu’il endosse l’uniforme.

Un scénario idéal pour Marc Bergevin. C’est la période de l’année où les lignes téléphoniques sont occupées. On jase, on propose des transferts au niveau des effectifs. On lance l’hameçon. Bref, on tente sa chance.

Bergevin saura à quoi s’en tenir. Il aura une image claire du potentiel de son organisation.

Alex Galchenyuk revenait au jeu hier. Andreï Markov a effectué un retour remarqué, mardi. Nikita Nesterov s’ajoute au groupe et donne plus de latitude à Michel Therrien.

David Desharnais a marqué à son premier match mais son statut au sein de l’organisation n’est toujours pas très clair. Va-t-on l’utiliser au centre? Va-t-on lui confier un rôle sur le flanc gauche?

Mais, peut-il jouer à l’aile sur une longue période? On en doute sérieusement.

Les recruteurs du Canadien fréquentent les amphithéâtres de la ligue, à la recherche d’un attaquant possédant les aptitudes lui permettant d’évoluer dans le groupe des six meilleurs patineurs.

Atteindre les séries éliminatoires, c’est une chose. Mais, par la suite, la compétition est encore plus intense et la formule des séries éliminatoires ne favorise pas toujours les équipes de tête.

Exemple: si le Canadien termine au premier rang de la division Atlantique, qui sera son premier rival dans le cadre du tournoi printanier?

Washington? Pittsburgh? Columbus? New York? Ça risque d’être l’une de ces quatre formations.

Voilà pourquoi Bergevin doit s’assurer qu’il possède les effectifs pour passer à travers la première ronde.

Du lèche-vitrine

Les noms de Gabriel Landeskog et de Matt Duchene alimentent les rumeurs.

À Denver, on croit que l’Avalanche doit se départir de ces deux jeunes patineurs qui n’ont toujours pas réussi à faire progresser l’organisation.

C’est une façon de voir les choses. Il s’agit d’une organisation qui ne semble pas avoir une structure solide et surtout un plan de gestion adéquat.

Que fera Joe Sakic? Le propriétaire lui donnera-t-il carte blanche puisqu’on ne sait toujours pas si Sakic aura toujours les mêmes pouvoirs l’an prochain?

Et, logiquement, pourquoi échanger les deux joueurs à la date limite du 1er mars? Attendre à l’entre-saison et créer une surenchère m’apparaît comme la meilleure des solutions.

De toute façon, qu’ont à gagner les décideurs de l’Avalanche? La saison est perdue. Autant prendre les décisions qui s’imposent en juin prochain...

Gostisbehere, un feu de paille ?

Shayne Gostisbehere n’est plus dans les bonnes grâces des décideurs des Flyers de Philadelphie... moins d’un an après avoir dominé la brigade défensive de l’équipe.

Est-il un feu de paille? C’est trop tôt pour sauter à une telle conclusion.

Jusqu’à présent, Gostisbehere a été retiré de la formation partante trois fois en raison de ses ennuis sur la surface de jeu.

Il montre un différentiel de moins 19.

Les équipes adverses se font un plaisir de passer de son côté puisqu’il n’est pas le plus rapide et surtout pas le plus costaud. L’an dernier, on ne le connaissait pas.

Cette année, c’est une tout autre histoire et le défenseur a perdu toute la confiance qui l’habitait il y a un an. Son nom revient dans les discussions mais quel est le prix à payer? Il ne fait aucun doute que Gostisbehere représente un risque important pour une organisation...

Le cas Marchand

J’aime bien Brad Marchand quand il se balade avec la rondelle, quand il fournit un effort dans les coins de la patinoire, quand il s’implique dans toutes les facettes du jeu.

Il perd tout son lustre quand il se plaît à donner un croque-en-jambe à un rival qui lui tourne le dos.

Ça s’est produit contre les Red Wings, ça s’est produit contre le Lightning et jusqu’à présent, il a dû verser la somme de 10 000 $.

Marchand a atteint un statut de joueur étoile. Pourquoi se comporte-t-il de la sorte? C’est au comité chargé de la sécurité des joueurs de corriger un joueur aussi dangereux. Qu’a-t-on fait jusqu’à présent? On a simplement soulagé son compte de banque.

Capuano, Hitchcock... c’est parti !

Jack Capuano a payé pour les erreurs de Garth Snow, son directeur général.

Ken Hitchcock n’aurait pas souhaité terminer son séjour à St. Louis de cette façon. Mais Doug Armstrong devait sauver sa peau et il a pris les grands moyens.

Remarquez bien que les Islanders de New York sont sur une lancée. Ils jouent avec beaucoup de cohésion et d’enthousiasme sous la direction de Doug Weight.

Comment réagiront les joueurs des Blues? On verra bien.

Il reste que les Islanders n’ont jamais remplacé Kyle Okposo et Frans Nielsen et Capuano a dû payer la facture. Les Blues ont laissé aller David Backes et Troy Brouwer et ils ne sont plus les mêmes.

Ces changements pourraient-ils influencer d’autres directeurs généraux?

Claude Julien fait des miracles à Boston mais si Tuukka Rask est absent pour quelques matchs et si Patrice Bergeron, qui a quitté le vestiaire de son équipe en boitant, rate quelques rencontres, ça n’augure pas bien.

Et Lindy Ruff est-il en danger à Dallas?

Pas de cachettes

Ken Holland ne joue pas à l’autruche. On n’a pas à lui rappeler que ses Red Wings de Detroit occupent le dernier rang de la division Atlantique.

Quand on lui demande s’il sera actif d’ici à la date limite pour les transactions, il répond sans hésitation: «Je ne serai pas un acheteur.»

Cela ne veut pas dire qu’il a lancé la serviette mais il est bien réaliste.

La séquence de participations aux séries des Wings va prendre fin. Sera-t-il un vendeur? Pourquoi pas?

Va-t-il se départir de Thomas Vanek, un patineur attrayant pour certaines équipes, notamment les Blackhawks de Chicago?