/entertainment/comedy
Navigation

Pierre Hébert n’est plus un mystère

Coup d'oeil sur cet article

Pour son deuxième spectacle, Le goût du risque, Pierre Hébert voulait se mettre en danger. Sa campagne très médiatisée de «l’humoriste mystère» lui ayant permis de vendre 20 000 billets en deux jours, l’humoriste devait maintenant livrer la marchandise.

Risque payant

En mars 2016, 20 000 personnes se sont procuré des billets pour Pierre Hébert avant même de connaître son identité. «Ma copine m’a dit: chéri, tu vends plus de billets quand les gens ne savent pas que c’est toi!» En offrant des billets à moitié prix, l’humoriste s’assurait que le risque des spectateurs était assez minime. Et il s’est avéré payant puisque très peu de spectateurs ont voulu revendre leur billet.

Film d’horreur

Conteur très physique, Pierre Hébert a grandement fait rire en racontant l’histoire d’un film d’horreur qui l’avait effrayé. Malificieux, il a fait sursauter le public avec le même procédé qu’avait utilisé Martin Petit dans sa dernière tournée. Un numéro très efficace qui était appuyé par différents effets sonores bien utilisés.

Blagues en vrac

-J’ai peur de la mort, et je suis hypocondriaque. C’est la pire affaire. C’est comme avoir la gastro et le hoquet en même temps.

-Claude Legault, il est beau en simonak. Y’a un ange qui a fait l’amour avec un arc-en-ciel, pis ç’a donné Claude Legault.

-Je ne suis pas un bad ass. Je suis une personne âgée dans un corps de 36 ans. J’aime ça, prendre des marches. Ça me fait digérer, je me sens bien.

À dos d’âne

Alors que certaines anecdotes sont tombées un peu à plat, Pierre Hébert a fait crouler l’assistance de rire en racontant une hilarante promenade à dos d’âne, survenue lors d’une croisière.

En plus de livrer un texte de façon déchaînée, l’humoriste a rendu sa prestation doublement efficace en mimant, de long en large sur scène, sa ballade sur l’animal.

Hébert a aussi fait rire en racontant ses premiers cours de moto, suivis de sa visite au Costco.

Renaud au rancart

Pierre Hébert s’est fait connaître du grand public avec son personnage de Renaud («c’est vendredi, on fait l’amour»). Dans son premier one man show, le comique avait proposé un numéro avec son personnage. Cette fois-ci, pas de Renaud à l’horizon. C’est du Pierre Hébert à 100 % qu’il offre au public, du début à la fin. Et c’est tant mieux ainsi.

LE VERDICT

Est-ce que les spectateurs qui ont payé 20 $ pour aller voir Pierre Hébert sans même le connaître en ont eu pour leur argent? La réponse est oui. Amplement. Le conteur se montre en grande forme et ses anecdotes sans queue ni tête nous font passer une bien belle soirée. Même à 40 $, vous ne devriez pas le regretter.