/lifestyle/food
Navigation

Un beurre d’arachide multiculturel

Coup d'oeil sur cet article

On le goûte avec une certaine appréhension. Après tout, l’étiquette du beurre d’arachide Mamba ne ressemble en rien aux petits oursons Kraft auxquels on nous a accoutumés. Et des piments forts dans notre beurre de peanut matinal, c’est assez inhabituel merci.

Déjà qu’on essaie de s’habituer au beurre d’arachide naturel sans sel ni sucre... On ne bouscule pas facilement des habitudes alimentaires aussi bien ancrées, mais je dois avouer que j’ai été séduite: la texture, le goût et même le petit côté épicé qui vous saisit les papilles après quelques secondes. Mon grand ado, qui entretient une forte dépendance au beurre d’arachide traditionnel, en a déjà fait son nouvel allié au petit déjeuner. Ça dit tout.

Cette nouveauté dans notre paysage culinaire, on la doit à Jason Delis et Stanley Dumornay, deux jeunes entrepreneurs montréalais, cofondateurs de la compagnie D&D Mamba. La petite entreprise importe des arachides d’Haïti pour reproduire chez nous la recette du beurre d’arachide traditionnel des Haïtiens.

Collaboration Québec-Haïti

Jason, un Anglo-Québécois né d’un père grec et d’une mère finlandaise, a rencontré Stanley, un Haïtien installé au Québec depuis six ans, alors qu’il terminait sa maîtrise aux HEC. Entre eux, une belle amitié est née. En 2014, ils ont participé à une compétition d’entrepreneuriat en Haïti.

C’est pendant ce séjour que Jason a découvert le mamba (beurre d’arachide en créole). «Là-bas, toutes les familles ont leur recette maison. On en mange matin, midi et soir sur un pain dur, qu’on appelle la cassave. J’ai acheté un pot, et j’ai trouvé cela délicieux», raconte Jason.

Dès son arrivée en Haïti, il a ressenti le besoin de faire quelque chose pour cette communauté fragilisée aux conditions de vie précaires.

Lui et Stanley ont d’abord songé à distribuer le mamba chez nous pour les quelque 100 000 Haïtiens installés à Montréal, mais il était plus économique d’importer leurs arachides et de faire fabriquer le produit ici. Ils font maintenant affaire avec Acceso, une compagnie américaine à but non lucratif installée à Port-au-Prince qui aide les agriculteurs de cette région à cultiver des arachides pour en faire le commerce.

À ce jour, D&D Mamba a importé 15 tonnes d’arachides haïtiennes. La petite compagnie montréalaise serait la seule entreprise canadienne de transformation alimentaire à s’approvisionner en arachides là-bas.

Une recette testée

«Nous avons mis six mois à trouver notre recette, explique Jason. Il fallait trouver un juste équilibre dans le dosage des ingrédients et surtout trouver le piment qui ressemblerait le plus au scotch bonnet utilisé là-bas.»

En octobre 2015, ils ont profité du week-end de l’Action de grâce pour tester l’intérêt du marché. Ils ont loué un kiosque au marché Jean-Talon et vendu 300 pots en deux jours. Depuis, ils ont écoulé 20 000 pots de Mamba dans leurs 70 points de vente québécois. Un bon début, estime Jason, qui souhaiterait que le mamba trouve sa place dans les habitudes de vie quotidiennes des Québécois.

En manger, rappelle-t-il, c’est se rapprocher d’une autre culture, mais aussi une façon indirecte de venir en aide à une communauté qui ne jouit pas des mêmes privilèges que nous.

Produits vedettes

Mamba

Beurre d’arachide naturel, sans agent de conservation et sans huile ajoutée. Offert en trois variétés: doux, moyen et fort. Il contient un mélange d’arachides d’Haïti et de Georgie aux États-Unis, du sucre de canne biologique, du piment fort et du sel.

♦ À venir : une version sans sel ni sucre ajoutés

♦ On le mange pour déjeuner, sur des rôties avec de la confiture ou des bananes. On l’utilise aussi pour fabriquer une sauce asiatique à base de mamba, jus de citron et ail.

♦ Tous les points de vente ici : danddmamba.com/locations/