/sports/hockey/canadien
Navigation

Par amour pour ses fils

Andreï Markov passera la prochaine semaine en Russie pour rapatrier ses jumeaux au Canada

Penguins c. Canadiens
Photo d'archives Martin Chevalier Andreï Markov ramènera ses jumeaux Andreï et Mark à Montréal la semaine prochaine.

Coup d'oeil sur cet article

GLENDALE | Sa dernière année de contrat, sa blessure à l’aine, le poids des années qui se fait sentir. Pendant que tout le monde se posait des questions sur l’avenir d’Andreï Markov, un véritable drame se jouait dans la vie du défenseur de 38 ans.

Tout juste avant Noël, Markov a appris le décès de son ex-copine, Natalia Streckova.

Atteinte d’un cancer des ovaires depuis quelques années, la femme d’une trentaine d’années a rendu l’âme, en Russie, en laissant dans le deuil Andreï et Mark, les jumeaux du couple.

Markov partira d’ailleurs en direction de Moscou, la semaine prochaine, pour rapatrier ses jumeaux de cinq ans à Montréal.

«Elle a combattu cette maladie pendant plusieurs années. Et comme vous le savez, rares sont ceux qui en survivent», a confié Markov avec une grande générosité.

«Je l’ai vue pour la dernière fois juste avant le début de la saison. Nous étions à Moscou. Même si elle savait que sa condition physique se détériorait, elle continuait de voir sa situation d’un œil optimiste et continuait de croire qu’elle allait vaincre cette maladie», a ajouté Markov, au représentant du Journal de Montréal.

Tristesse et colère

Penguins c. Canadiens
Photo Instagram

Malgré la lutte acharnée de la mère de ses jumeaux, Markov savait, lors de son retour en Amérique, que la bataille était perdue. Il savait que le jour où il devrait prendre le relais approchait. Même si ça ne faisait pas toujours plaisir à entendre.

«J’ai réussi à lui parler de l’avenir des enfants, mais ce n’était pas facile. Quand tu vois une personne lutter pour sa vie, tu ne veux pas la blesser en lui disant certaines choses, tu ne veux pas la brusquer en lui parlant de sujets délicats», a-t-il expliqué.

«C’était une bonne mère qui a toujours tout fait pour ses enfants. Alors, de savoir qu’elle ne serait plus là pour eux la rendait en colère.»

Une colère qui s’est apaisée quelque peu lorsque Sonya Sonechka, l’actuelle conjointe de Markov, lui a rendu visite.

«Elle lui a dit de ne pas s’inquiéter, qu’elle nous soutiendrait, les jumeaux et moi, a indiqué Markov. On sait qu’elle ne pourra remplacer Natalia. On n’a seulement qu’une mère. Mais on espère qu’avec eux et notre fille de 10 mois, on pourra former une grande famille heureuse.»

En route vers Moscou

Voilà pourquoi Markov attend la semaine de congé du Canadien avec beaucoup de fébrilité.

Alors que ses coéquipiers profiteront de ces quelques jours pour reprendre leurs forces ou se payer des vacances au soleil, Markov se rendra chercher ses fils à Moscou.

«J’ai tellement hâte d’y être et de pouvoir les ramener avec moi, a lancé Markov, dont les jumeaux habitent chez la grand-mère maternelle depuis le décès de leur maman.

«Ce sont encore de jeunes enfants. Ils ne réalisent probablement pas à quel point c’est triste. Ils veulent seulement sourire et avoir du plaisir. C’est ce que j’essaierai de faire avec eux.»

Nés à Montréal, Andreï et Mark n’avaient pas tout à fait deux ans lorsque leurs parents se sont séparés. Ils n’ont sans doute que très peu de souvenirs de leurs jours en terre canadienne.

Markov souhaite que le choc des cultures ne soit pas trop intense.

«J’espère qu’ils s’ajusteront plus rapidement que moi. Ça devrait être plus facile. Ils sont encore jeunes», a-t-il souligné, sourire en coin.

La glace, un exutoire

Avec le rapatriement de ses jumeaux, le vétéran de 16 saisons pourra, sans l’effacer, tourner la dernière page de ce long chapitre. Un chapitre qui, avoue-t-il, l’a quelque peu affecté dans les dernières semaines de la dernière saison. Natalia venait alors d’apprendre que son état avait empiré.

«Il y avait des termes médicaux tellement compliqués que je ne saurais même pas les dire, mais je comprenais que c’était grave. Ça a pu m’affecter à certains moments, mais en même temps, le travail m’a peut-être servi d’exutoire.»

 

La face cachée de Markov

Les enfants de Andrei Markov.
Photo Instagram
Les enfants de Andrei Markov.

Porte-couleurs du Canadien depuis l’automne 2000, Andreï ­Markov est le joueur comptant le plus d’ancienneté dans le vestiaire du Tricolore. Pourtant, il est celui dont on en sait le moins.

Avec son air taciturne, austère et sérieux, on compare souvent sa physionomie à celle des athlètes issus de l’ancien régime soviétique. On peine à croire ceux qui le côtoient tous les jours, ses coéquipiers, lorsqu’ils affirment que le défenseur est un boute-en-train, un homme qui aime avoir du plaisir dans la vie.

Bien sûr, ce récit du drame que traverse présentement sa famille n’a pas donné lieu à de grands éclats de rire. Cependant, au cours de cet entretien d’une quinzaine de minutes, le représentant du Journal de Montréal a découvert une facette méconnue de l’athlète russe. Celle d’un père affectueux, ­soucieux et fier de ses enfants.

« Ça grandit tellement vite »

Surtout lorsqu’il parle de ­Danii, son aîné, un joueur de hockey âgé de 15 ans et demi.

L’été dernier, Markov a publié sur son compte Instagram plusieurs photos de son fils et lui à l’entraînement. Lorsqu’on lui rappelle ces quelques semaines en sol russe, des lueurs apparaissent dans ses yeux.

«On a eu du plaisir à s’entraîner ensemble. C’était plaisant de l’avoir en face de moi, de le regarder travailler, de savoir qu’il pourra me rattraper et espérer qu’il pourra me surpasser», a ­déclaré le numéro 79.

Great weather,great workout and most importantly great company!!!! @marki2579 @seberezin #sport #lifestyle #son

Une photo publiée par Andrei Markov (@marki79red) le

Les contacts estivaux sont les seuls que les deux Markov ont ensemble. Papa aimerait bien voir fiston plus souvent, mais il comprend la situation.

«Il veut continuer de jouer au hockey là-bas. Il est très occupé. C’est un bon gars, a-t-il déclaré avant de prendre une pause. Les enfants, ça grandit tellement vite.»

Homme chanceux

L’arrivée d’Andreï et de Mark lui permettra, au moins, de voir grandir ses jumeaux, deux joueurs de hockey en devenir, si l’on se fie à une photo où on les voit arborant l’uniforme bleu et blanc du Dynamo de Moscou.

«Ils commencent à peine à patiner. Je ne sais pas s’ils voudront devenir des joueurs de hockey, a-t-il déclaré avec le sourire d’un papa comblé. En tout cas, je ne les pousserai pas à le devenir. Ils le feront s’ils en ont envie.»

Le plus important, ce sera d’éviter que les garçons soient trop affectés par le décès ­prématuré de leur maman.

«Je sais que ce ne sera pas facile, mais je peux compter sur une excellente femme à mes côtés pour m’aider. Je suis très chanceux de l’avoir avec moi. On est prêts pour ce défi.»