/opinion/blogs/columnists
Navigation

Pourrions-nous savoir ce qui est reproché à Gerry Sklavounos ?

Pourrions-nous savoir ce qui est reproché à Gerry Sklavounos ?

Coup d'oeil sur cet article

Toujours à la recherche de moyens – légaux – d’améliorer mon sort, je suis en train de me demander si je ne devrais pas troquer le journalisme pour la pharmacie. Pas un gros Jean Coutu mais un établissement spécialisé dans la vente de calmants. Ouverte d’esprit comme pas un, je vendrais même de la tisane à ceux qui en voudraient.

Parce que si on ne se calme pas bientôt avec la culture du viol, c’est moi qui sera mise sous perfusion permanente d’anxiolytique..

Restaurants et culture du viol

Mardi, en entrevue chez Paul Arcand, Manon Massé a fait un lien direct entre la 'culture du viol' et des plaintes pour inconduite sexuelle déposées par de jeunes femmes pages à l’Assemblée nationale envers Gerry Sklavounos. Elles auraient dit qu’il était insistant, qu’il les invitait au restaurant 'même si la page, une jeune adulte, résistait, disait non, c’est contre notre code d’éthique...’

Tsé, un gars lourd, qui ne s'est pas fait remettre à sa place assez souvent.

Écouter à partir de 2 :01

Manifestation à Québec mercredi soir

L’invitation en ligne pour ce rassemblement m’a précipitée tout droit sur un sac en papier brun, en cas d’hyperventilation.

'Nous en appelons donc à la mobilisation, car il est temps que les décideurs changent leur mentalité et que des hommes politiques comme Gerry Sklavounos ne puissent plus jamais déclarer que ‘‘cette affaire’’ est maintenant ‘‘close’’, car c’est faux. Ce problème sociétal qui se nomme CULTURE DU VIOL n’est pas terminé. Il est là. Il vit en Alice. Il vit en nous.’

Skavlounons, qui n'a pas violé Alice Paquet, est devenu le symbole de la culture du viol au Québec même si on ne sait pas exactement ce qui lui est reproché. Une invitation au restaurant, aussi lourde soit-elle, n'a rien à voir avec l'agression sexuelle.

Apportez-moi mes Ativan.

Sexe et pouvoir

Sa femme faisait pitié à ses côtés. Plusieurs se sont demandés pourquoi il couraillait avec une si belle femme dans sa vie.

Le courailleux ne couraille pas parce qu’il est malheureux à la maison mais parce que cela lui donne un sentiment de pouvoir.

Croyez-moi, Gerry Sklavounos n’est pas le premier coureur de jupon à siéger à l’Assemblée nationale, un temple à la gloire du pouvoir.

Doit-il revenir au caucus Libéral ? Je ne le sais pas et voici pourquoi.

Alice Paquet a allégué le viol. Le DPCP a dit ‘pas de crime’. Maintenant, on passe à des allégations de comportements inappropriés envers des employées  de l’Assemblée nationale.

Quels comportements ? Envers qui ? Depuis quand ? Qu’a-t-il fait au juste ? Insisté pour inviter une page au resto ou mis la main aux fesses d’une adjointe ?

Même en gardant secrète l’identité des plaignantes, pourrions-nous en savoir un peu plus de la part du gouvernement ? Quelqu’un s’attendait-il à ce que le député nous informe en ce sens ?

Il est donc impossible, pour la population et surtout pour les gens qui l’ont élu, d’évaluer son très approximatif mea culpa hier. De toutes façons, on ne sait pas de quoi il était désolé au juste.

Pas maintenant

C’est clair, il ne peut revenir maintenant. Et peut-être jamais. Mais je ne comprends pas pourquoi Philippe Couillard, dont on reconnait une fois encore le sens bien aiguisé de la politique, laisse traîner cette affaire qui place non seulement les Libéraux dans l’embarras mais toute la classe politique.

Arrêtons de se raconter des histoires : à peu près tout le monde savait que le député de Laurier-Dorion, mettant sa belle gueule à profit, pouvait être lourd avec les femmes sur la job. Qu'as-t-on fait pour cela cesse ?

Tant de questions sans réponses.

Ceci était dit, je suis bien triste de voir que certaines femmes seraient prêtes à jeter n’importe qui à la mer, sans preuve, sans procès, sans même d'accusation précise, pour venir à bout de cette soi-disant ‘culture du viol’ au Québec.

Y compris les fondements de l’État de droit.

Dans Zadig, Voltaire a écrit : ‘Il vaut mieux hasarder de libérer un coupable que de condamner un innocent.’ J’ajouterais même ‘Il vaut mieux la sagesse de Voltaire que celle de Manon Massé.’

À mettre dans le même dossier ‘Répression’ que la bataille menée par la gauche victimaire contre la liberté d’expression.