/sports/hockey
Navigation

Tournoi pee-wee de Québec: gravé à jamais dans leur mémoire

Coup d'oeil sur cet article

Al Montoya
Photo Joel Lemay, Agence QMI
Al Montoya

«Pour nous, ce tournoi est vraiment le début de tout. Moi je suis originaire de Chicago, et venir dans ce coin de pays, c’était vraiment spécial. On vivait dans une famille d’accueil pendant deux semaines. Le tournoi est génial, mais toute l’expérience est incroyable. C’est quelque chose que je n’oublierai jamais.»

— Al Montoya, Canadien de Montréal

Phillip Danault
Photo Ben Pelosse
Phillip Danault

«La foule, c’était vraiment spécial. C’est sûr que ce n’est pas le Centre Bell, mais pour un jeune, c’est vraiment capoté. C’est un gros tournoi et c’est vraiment bien organisé. C’est sûr que c’était un moment mémorable, mais on a perdu, alors ça ne m’a pas laissé de souvenirs incroyables.»

—Phillip Danault, Canadien de Montréal

David Desharnais
Photo Martin Chevalier
David Desharnais

«Plus jeune, je jouais pour les petits Remparts. Je me rappelle que le Colisée était plein et que c’était vraiment incroyable. C’est fou quand tu as 11, 12 ou 13 ans et que la foule est vraiment derrière toi. J’avais pu pratiquer avec les Remparts. Mike Ribeiro jouait pour eux à l’époque et j’étais vraiment gêné d’aller lui parler.»

— David Desharnais, Canadien de Montréal

William Carrier
Photo Ben Pelosse
William Carrier

«Quand tu es jeune, tu ne joues pas dans de gros amphithéâtres comme le Colisée. Quand j’y ai mis les pieds, je me suis dit : «Wow!» C’était spécial, on aurait dit que la glace était plus grosse. Je me souviens encore de ça.»

– William Carrier, Sabres de Buffalo

Evander Kane
AFP
Evander Kane

«Je l’ai joué deux fois. La première année, on a remporté le titre et je le dis souvent: c’est le tournoi le plus dur à gagner. Il y a plus de 170 équipes qui le jouent, alors c’est vraiment dur. Je me souviens d’avoir échangé des épinglettes avec des joueurs d’autres équipes. C’est une grande expérience pour un jeune de disputer ce tournoi, et aussi d’y connaître du succès. Ce le fut pour moi.»

– Evander Kane, Sabres de Buffalo