/news/currentevents
Navigation

Bénévole à la Fondation Cédrika-Provencher accusé de possession de porno juvénile

La famille de la petite enlevée en 2007 n’en revient tout simplement pas

Fin 2015, Claude Richard était présent sur le site près de l’autoroute 40 où a été découvert le crâne de Cédrika Provencher.
Photo Amélie St-Yves Fin 2015, Claude Richard était présent sur le site près de l’autoroute 40 où a été découvert le crâne de Cédrika Provencher.

Coup d'oeil sur cet article

SHAWINIGAN | Un bénévole de la Fondation Cédrika-Provencher a été accusé de possession de pornographie juvénile, ce qui déçoit le grand-père de Cédrika et président de cette Fondation, Henri Provencher.

Claude Richard, 66 ans, était toujours bénévole occasionnel pour la Fondation Cédrika-Provencher quand il a été arrêté mercredi à Shawinigan. Il a comparu sous des chefs d'avoir distribué, possédé de la pornographie juvénile et de l'avoir rendue accessible. Son domicile a été perquisitionné et du matériel informatique a été saisi pour analyse.

La Fondation Cédrika-Provencher fait de la sensibilisation pour éviter d’autres enlèvements d’enfants, mais ses bénévoles ne sont pas en contact avec des enfants, sauf dans le cadre d’activités spéciales.

Démoli

Henri Provencher s'est dit démoli quand Le Journal lui a appris la nouvelle jeudi. «Je ne sais vraiment pas quoi dire. Normalement, je fais confiance aux gens que je côtoie», a-t-il dit.

Il rappelle que, malheureusement, on ne peut pas toujours tout savoir sur les gens qui nous entourent, et qu'il faut être très prudent.

«Des fois, même le conjoint ou la conjointe ne le sait pas. On ne sait pas les secrets des gens», a-t-il ajouté, visiblement déçu.

« Un ami »

Cédrika a été enlevée dans un parc de Trois-Rivières le soir du 31 juillet 2007. Son crâne a été retrouvé en décembre 2015, dans un boisé en bordure de l’autoroute 40, à une douzaine de kilomètres du lieu de disparition.

En décembre 2015, en entrevue au Journal sur le site où le crâne de la petite Provencher a été découvert par des chasseurs, Claude Richard avait déclaré: «Quand tu parles avec un enfant depuis quelques minutes, tu n'es plus un étranger, tu es un ami.»

Il avait ajouté que les enfants avaient souvent peur de se faire chicaner s’ils n'écoutaient pas un adulte.

Une source près du dossier confirme que la pornographie consultée par M. Richard comportait des jeunes filles. Elle l'a qualifié de «consommateur moyen» de pornographie juvénile.

Claude Richard a été remis en liberté après sa comparution. Il reviendra devant le tribunal le 24 février. Selon la Sûreté du Québec, M. Richard n’est pas considéré comme un suspect dans l’enlèvement et le meurtre de Cédrika Provencher.

Henri Provencher dit que cela fait plus d’un an qu’il n’a pas eu de contacts avec M. Richard.

Entre mars 2015 et avril 2016, l’accusé avait été engagé par la Fondation pour la recherche du financement de la «Trousse Cédrika», qui vise à éviter les enlèvements d’enfants.

Son contrat n’avait pas été renouvelé, mais il est demeuré bénévole occasionnel.