/weekend
Navigation

Qui est Mado?

ART-ONE MADO SHOW
photo d’archives, agence qmi

Coup d'oeil sur cet article

Mado Lamotte sort de son cabaret. La célèbre drag queen présentera dès cette semaine son One Mado Show 2.0 au Théâtre Sainte-­Catherine. En attendant, Le Journal vous propose quatre choses à ­savoir sur l’exubérant personnage.

Déjà 30 ans

C’est en juillet 1987 que Luc Provost a créé son alter ego Mado Lamotte. Et ce, «presque par accident».

«C’était une folie de bar, pour faire ­rire les gens», se souvient-il.

L’inspiration derrière le personnage? Luc Provost a puisé différentes facettes de Mado Lamotte «à gauche et à ­droite», chez Michèle Richard, ­Clémence DesRochers et dans les ­récits de Michel Tremblay.

Plus de 500 costumes

Au fil des ans, ce sont plus de 500 costumes­­ qui ont été confectionnés et ­portés par Mado Lamotte. Certes, ­certains d’entre eux ont été donnés, mais Luc Provost avoue en avoir gardé une très grande partie.

«Il y en a que je ne porte plus, mais je les garde dans des housses. Je me dis que ça risque de finir dans un musée un jour», plaisante-t-il.

Une institution depuis 15 ans

Le célèbre Cabaret Mado célébrera son 15e anniversaire au ­printemps. Bien que l’établissement soit situé en plein cœur du village gai de Montréal, il attire souvent une forte majorité de visiteurs hétérosexuels.

«Les week-ends, au moins 80 % de la clientèle est hétérosexuelle. Il y a ­beaucoup de jeunes gais qui emmènent leurs amis straight, beaucoup ­d’enterrements de vie de jeune fille», souligne Luc Provost.

De Montréal jusqu’en France

En plus d’être la drag queen la plus connue de la métropole, voire de la province, Mado Lamotte a foulé les planches de scènes à travers le Canada anglais, la France et la Belgique. Elle retournera d’ailleurs à Paris pour une série de spectacles en avril.

► Le One Mado Show 2.0 sera présenté le 22 février et le 2 mars au Théâtre Sainte-Catherine.