/news/currentevents
Navigation

Insatisfait du service, il brise des camions de Bell

L’homme a causé des dommages estimés à 35 000 $

Coup d'oeil sur cet article

SHERBROOKE | Enragé par le mauvais service qu’il affirme avoir reçu chez Bell Canada, un homme a sérieusement endommagé une quinzaine de camions ainsi que l’édifice de la compagnie.

En décembre dernier, Manuel Nicola Codina a appelé le service à la clientèle parce qu’il éprouvait des problèmes avec son téléviseur. Or, la discussion a vite pris l’allure d’une engueulade. Ne pouvant contenir sa colère, l’homme de 31 ans s’est rendu au bâtiment de Bell Canada de la rue King Ouest, à Sherbrooke.

Armé d’un couteau et d’un marteau, il a commis des méfaits sur une quinzaine de camions de service en brisant des vitres et crevant des pneus. Il a même mis le feu à l’un d’entre eux.

«J’ai voulu me faire justice moi-même», a admis­­ l’accusé lors des représentations sur sentence qui avaient lieu lundi à Sherbrooke.

Les dommages avaient d’abord été évalués à 100 000 $, mais Bell Canada les estime maintenant à environ 35 000 $. L’entreprise n’exige aucun remboursement.

Manque de drogue

Le conjoint de l’accusé, Alain Côté, croit que son amoureux a agi de la sorte parce qu’il était en manque de drogue.

«J’avais commencé à me piquer», admet Codi­na, qui a rapidement plaidé coupable aux accusations portées contre lui.

Détenu depuis les actes de vandalisme, il se dit maintenant abstinent.

Bien connu des milieux policiers, il a commencé à consommer et à se prostituer à l’âge de 12 ans, a-t-il admis. Selon lui, il se «gelait» parce qu’il «traînait des fantômes».

«J’ai abandonné mes deux enfants. Aujour­d’hui, je veux aller les chercher», a-t-il dit avec émotion.

Il promet de se prendre en main et de faire un retour aux études en soudure.

Disproportionné

Malgré la bonne volonté démontrée par l’accusé, le juge Conrad Chapdelaine, de la Cour du Québec, a insisté sur la gravité des actes posés et la disproportion de la réaction de l’accusé­­ face au mauvais service reçu.

«Il faut être conscient que la protection de la société, c’est un élément qu’on ne peut ignorer», a-t-il fait valoir.

L’avocat de la défense, Me Marc-André Champagne a demandé six mois de détention, alors que le procureur de la Couronne, Me François Parent, demande 12 mois de prison­­.

Le juge Chapdelaine fera connaître vendredi la peine qu’il imposera à Codina.­