/news/green
Navigation

Large appui au projet de REM de la Caisse

Bloc Train électrique REM
Photo Courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Une très forte majorité de Montréalais est en faveur du projet de train électrique de la Caisse de dépôt, selon un sondage réalisé par la firme Léger.

Ce sondage, commandé par la Fondation David Suzuki et Équiterre, révèle que 82% des 500 personnes sondées sont très ou assez favorables au Réseau électrique métropolitain (REM), piloté par la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ-Infra).

Toutefois, seulement 45% des gens interrogés avaient entendu parler du projet de REM dans les médias au cours des six derniers mois.
 
Loin d'une catastrophe
«On voyait des fois des titres [de journaux] comme quoi le projet de REM était controversé et on était curieux de voir ce que les gens dans la région pensent du projet», indique Steven Guilbeault, porte-parole d'Équiterre. 
 
Son organisation, la Fondation David Suzuki et Vivre en ville ont appuyé publiquement le projet de REM le 1er février dernier.
 
Pour M. Guilbeault, l'important appui au REM révélé dans le sondage s'explique par le fait que «les gens réalisent que c'est un investissement majeur en transport collectif».
 
Et pourquoi, selon lui, certains s'opposent-ils à ce projet? 
 
«Ils préfèreraient une autre technologie [de transport]. On tente de nous faire croire que ça va être la catastrophe économique et au niveau de l'achalandage. Désolé, mais je n'adhère pas du tout à ça.»
 
Améliorer le REM
Pour la chef de Projet Montréal, Valérie Plante, cet appui majeur au REM montre «l'appétit» des citoyens de la région pour des projets de transport en commun électrique.
 
«Mais ce sondage là n'annule pas les éléments qu'on doit prendre en considération avant d'aller de l'avant avec le projet», croit-t-elle, soulignant qu'il faut «s'assurer que c'est le meilleur projet possible». 
 
Selon Mme Plante, le REM doit offrir des tarifs abordables, ne pas entrer en compétition avec la ligne de trains de banlieue Vaudreuil-Hudson et CDQP-Infra doit être plus transparent quant au futur tracé.
 
De son côté, le maire Denis Coderre rappelle que «ce projet répond à une demande clairement exprimée par les citoyens de la grande région de Montréal pour se déplacer» et se réjouit «de constater que l'appui de la population au projet du REM ne se dément pas».
 
Le sondage a été réalisé au début de février sur le web dans la région de Montréal auprès de 500 personnes. Les résultats ont été pondérés pour refléter la distribution de la population.