/news/currentevents
Navigation

L’accusé soutenu de toute part

Michel Cadotte a été accusé hier d’avoir mis fin aux jours de sa femme Jocelyne Lizotte, qui souffrait d’Alzheimer depuis plusieurs années.
Capture d'écran, Facebook Michel Cadotte a été accusé hier d’avoir mis fin aux jours de sa femme Jocelyne Lizotte, qui souffrait d’Alzheimer depuis plusieurs années.

Coup d'oeil sur cet article

Michaël Nguyen et Boris Proulx
Le Journal de Montréal

 

L’homme accusé du meurtre de sa conjointe dans un CHSLD du Centre-Sud a reçu le soutien de ses proches et de sa belle-famille lors de sa comparution au palais de justice de Montréal, mardi.

«Michel Cadotte est accusé de meurtre au deuxième degré. Il est complètement dévasté, mais dans un sens il est content d’avoir le soutien de sa belle-famille, qui est venue pour montrer leur appui», a expliqué Me Elfriede Duclervil, après la comparution.

Michel Cadotte a été accusé hier d’avoir mis fin aux jours de sa femme Jocelyne Lizotte, qui souffrait d’Alzheimer depuis plusieurs années.
Capture d'écran, Facebook

Cadotte, 55 ans, avait la mine basse lorsqu’il s’est présenté devant la juge par visioconférence. Visiblement nerveux, il n’a pas dit un mot lorsque la cour a fixé une prochaine date de comparution en mars.

Ils « comprennent »

L’avocate de l’accusé a toutefois affirmé que les proches de Mme Lizotte «comprennent» la situation et qu’ils soutenaient l’accusé dans cette épreuve.

«Ce genre de situation est exceptionnelle», a-t-elle dit.

L'arrestation de M. Cadotte a aussi eu l'effet d'une bombe mardi dans son voisinage de Montréal-Nord.

Plusieurs voisins rencontrés mardi étaient anéantis par la nouvelle.

L’homme qui habite seul avec son petit chien dans un logement a été décrit comme étant serviable et sympathique.

Détention

Comme il est accusé de meurtre, sa détention est immédiate. S’il souhaite être libéré en attendant son procès, ce sera à lui d’en faire la demande.

D’ici là, il sera vu par des médecins en prison à cause de problèmes cardiaques.

Michel Cadotte reviendra à la cour le mois prochain. S’il était reconnu coupable du crime pour lequel il est accusé, il écoperait automatiquement de la prison à vie, sans possibilité de libération avant une période variant de 10 à 25 ans.

Michel Cadotte a été accusé hier d’avoir mis fin aux jours de sa femme Jocelyne Lizotte, qui souffrait d’Alzheimer depuis plusieurs années.
Capture d'écran, Facebook