/lifestyle/food
Navigation

Des grillons, c’est bon

Les trois cofondateurs des barres énergétiques Näak à base de poudre de grillon: Antoine Domergue, William Walcker et Minh Pham.
Photo courtoisie, Näak Les trois cofondateurs des barres énergétiques Näak à base de poudre de grillon: Antoine Domergue, William Walcker et Minh Pham.

Coup d'oeil sur cet article

Manger des insectes est dans l’air du temps. C’est la nouvelle protéine du futur, une protéine écoresponsable riche en vitamines et minéraux qui pourrait éventuellement contribuer à enrayer le problème de la faim dans le monde sans détruire la planète.

À Montréal, trois jeunes entrepreneurs passionnés de triathlon, de santé et d’alimentation nouvelle ont voulu monter à bord du train du futur dans l’espoir de contribuer à transformer les habitudes alimentaires des Québécois. Il y a quelques mois, William Walcker, Antoine Domergue et Minh Pham ont lancé sur le marché les barres énergétiques Näak, une collation fabriquée à partir de farine de grillons.

«D’ici 2050, il faudra nourrir 9 milliards d’humains. On ne pourra pas continuer à manger autant de viande qu’aujourd’hui. Il faut trouver d’autres sources de protéines, et il semble que les insectes soient une excellente solution de rechange», rappelle William en citant un rapport publié en 2013 par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

«Pour intégrer ce super aliment à l’alimentation des Québécois, il fallait trouver un produit qui réponde à un besoin, mais surtout trouver une façon de vendre l’idée de manger des insectes», poursuit William.

Commencer par convaincre des athlètes et en faire leurs ambassadeurs leur a semblé le meilleur moyen d’atteindre leur but. Dans ce milieu, on se préoccupe de sa santé et on cherche constamment de nouveaux moyens d’améliorer ses performances. Or se nourrir d’insectes permet tout cela en même temps.

Départ fulgurant

Le temps leur a rapidement donné raison. De mai à septembre 2016, la petite start-up montréalaise a vendu pas moins de 4000 barres Näak fabriquées de façon artisanale. En septembre dernier, une campagne de sociofinancement leur a permis d’amasser 5000 $ pour industrialiser leur production. Trois semaines plus tard, ils avaient vendu plus de 4000 barres Näak.

La clé de leur succès? «Un bon produit, une excellente campagne de marketing et une mission qui parle aux gens», croit William.

Lui et ses collègues ont passé plusieurs jours à «brainstormer» pour trouver un nom original et accrocheur. Ils se sont bien entourés en faisant appel à un mentor, Jean David Bégin, à un nutritionniste, Julien Schoenborn, ainsi qu’au chef du restaurant Pastaga, Louis-Philippe Breton, pour les aider à mettre au point leur recette.

«On ne voulait faire aucun compromis sur le goût et la texture», insiste William. Déjà que l’idée de manger des insectes risquait d’en rebuter plusieurs...

Les barres, brun foncé, sont fabriquées à partir d’un mélange équilibré de poudre de grillons, de dattes, de chia, de sirop d’érable, de jus de pomme, de cacao et de beurre de tournesol. On y ajoute ensuite des arômes naturels d’orange ou de banane. Mon verdict personnel: délicieux, surtout celle à l’orange. Pour arriver à déceler le goût de la poudre de grillon, il faut la manger séparément. Rien de bien menaçant. On dirait des miettes de pain grillé réduites en poudre, sans plus.

Chaque barre contient 210 calories, 10 g de protéines, 30 g de glucides et 400 mg de sodium. Elles ne remplacent pas un repas, mais constituent une excellente collation pour les personnes actives. Elles sont en vente dans plus de 70 magasins.


Pour trouver un point de vente ou commander en ligne, consultez le site internet de l’entreprise ici: fr.naakbar.com

Produits vedettes

L’entomophagie (consommation d’insectes) est déjà répandue dans les cultures traditionnelles de plusieurs régions d’Afrique, d’Asie et d’Amérique Latine. Deux milliards d’êtres humains en consomment dans le monde.

Avantages

L’élevage des insectes peut se faire à partir des déchets organiques (compost).

Les insectes utilisent moins d’eau et produisent moins de gaz à effet de serre que le bétail.

Ils se reproduisent rapidement et peuvent être élevés sur de petites surfaces.

Ils sont une ressource alimentaire saine et nourrissante, riche en matières grasses, protéines, vitamines, fibres et minéraux.


Näak
 
5333, avenue Casgrain, Suite 709, Montréal ( Québec )