/investigations
Navigation

Une firme informatique achetée avec l’argent des parents

La Fédération de soccer se paye une compagnie avec l’argent des inscriptions

Une firme informatique achetée avec l’argent des parents
Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

La Fédération de soccer du Québec, qui perçoit l’argent des parents de 185 000 jeunes sportifs québécois, vient d’acheter pour près de 825 000 $ une compagnie informatique dirigée par un de ses anciens administrateurs.

Aucune autre grosse fédération sportive au Québec n’est propriétaire d’une compagnie informatique. La Fédération de soccer du Québec (FSQ) n’a aucune expérience en la matière elle non plus.

Avant d’acquérir TSI Sports, la Fédération de soccer a donné à cette entreprise ses plus importants contrats informatiques pendant plus de 10 ans.

Le président fondateur de TSI Sports, Mario Discepola, connaît bien l’organisme sans but lucratif qu’est la FSQ. Il a siégé au conseil d’administration de la Fédération de 1993 à 2010, dont la dernière année au comité de gouvernance et d’éthique.

Mario Discepola, président TSI Sports
Photo courtoisie
Mario Discepola, président TSI Sports

Paradis fiscaux

De plus, l’entreprise TSI Sports appartenait à Alex Miklos, un homme d’affaires dont le nom et l’adresse apparaissent dans une vaste fuite de documents secrets sur les paradis fiscaux, a découvert notre Bureau d’enquête.

Cet homme est le secrétaire et seul autre actionnaire de TSI Sports.

Mystérieusement, dans les documents annuels du registre des entreprises du Québec, son nom a changé au cours des années. Il a été Alex Amikos, Alex Milkos et Alex Miklos, constate-t-on.

Dès novembre

C’est en novembre, avant même que l’achat soit complété, que notre Bureau d’enquête a commencé à questionner la FSQ sur cette transaction.

Le nouveau directeur général de la FSQ, Stéphane Arsenault, a accepté de nous rencontrer, mercredi. Il n’était pas en poste lors de la transaction et il a semblé bien surpris lorsque nous lui avons révélé les détails troublants de l’affaire.

M. Arsenault n’a pu répondre à toutes nos questions. Il a refusé de nous dire si Mario Discepola avait produit des déclarations d’intérêts lorsqu’il était question de son entreprise dans les réunions de la FSQ.

Avant d’être achetée par la FSQ, TSI Sports était responsable de la gestion informatique de la Fédération depuis plus de 10 ans, à titre de partenaire officiel pour les inscriptions, statistiques et horaires, notamment. L’entreprise affiche des revenus annuels d’environ 800 000 $, provenant en bonne partie de la FSQ.

Aux îles Vierges

Selon l’enquête du Consortium international des journalistes d’investigation, l’adresse et le nom de l’actionnaire de TSI Sports Alex Miklos y apparaissent concernant l’ouverture d’un compte aux îles Vierges par l’intermédiaire de la société Commonwealth Trust Ltd., laquelle a aidé des milliers d’entreprises à ouvrir des entités offshore.

La Commonwealth Trust Ltd. a servi d’intermédiaire «pour des fraudeurs dans le secteur des valeurs mobilières, des promoteurs du système de Ponzi [...], des trafiquants d’armes et des membres de réseaux criminels», a révélé le journal Le Monde en 2013.

En fouillant sur le site internet de TSI Sports, nous avons aussi découvert que la firme indique ne pas seulement être enregistrée au Québec, mais aussi aux États-Unis, à Carson City au Nevada. Cet État est reconnu pour sa souplesse fiscale.

Le bureau de TSI Sports au Nevada est en fait une adresse fantôme qui abrite plusieurs autres entreprises. Une d’entre elles a aussi été citée dans le scandale fiscal des «Panama Papers».

Joint au téléphone, M. Discepola a raccroché après avoir dit qu’il s’agissait d’une «transaction privée».

Le DG ne savait pas

Rencontré mercredi dans les locaux de son organisme, le directeur général de la FQS, Stéphane Arsenault, a paru embêté lorsqu’il a été confronté aux détails de notre enquête. Soulignons qu’il n’était pas en poste lorsque l’achat de la compagnie informatique TSI Sports a été conclu, et qu’il n’a pas été impliqué dans le processus.
Photo Chantal Poirier
Rencontré mercredi dans les locaux de son organisme, le directeur général de la FQS, Stéphane Arsenault, a paru embêté lorsqu’il a été confronté aux détails de notre enquête. Soulignons qu’il n’était pas en poste lorsque l’achat de la compagnie informatique TSI Sports a été conclu, et qu’il n’a pas été impliqué dans le processus.

Le directeur général de la FSQ, Stéphane Arsenault, ignorait que la nouvelle acquisition de son organisme avait eu un bureau fantôme et un actionnaire identifié dans une enquête sur les paradis fiscaux. En poste depuis le 6 février dernier, il a rencontré notre Bureau d’enquête, mercredi.

«Je ne suis pas en mesure [...] j’ai à aller plus en détail sur comment le processus a été mené de façon précise. Je ne peux pas commenter sur l’information que vous me donnez. Il faut en prendre acte», a mentionné M. Arsenault, visiblement surpris lorsque confronté aux constats de notre enquête.

À plusieurs reprises, il a rappelé que l’achat de TSI Sports avait été réalisé par le conseil d’administration (CA) et que le DG n’était pas impliqué.

Nous avions aussi sollicité la présence du président du CA depuis 2011, Martial Prud’homme, mais ce dernier n’était pas disponible mercredi.

Le CA avait de «très bonnes intentions», selon M. Arsenault. «À savoir si ces facteurs (constats de l’enquête) ont été vérifiés [...] Là je ne pourrais pas dire.»

Mario Discepola, qui était administrateur en plus d’être actionnaire de TSI Sports, devait-il se retirer quand il était question de l’entreprise au CA? M. Arsenault ne veut pas le préciser.

Juge et partie

Même si le CA est juge et partie dans la transaction, M. Arsenault n’y voit pas de problème moral et réplique que le dossier respecte les aspects «juridiques, fiscaux et légaux». Il explique que la FSQ a créé une «entité totalement indépendante» pour gérer la compagnie informatique.

Or, en fouillant, on constate que cette indépendance est plutôt relative, puisque le président de cette nouvelle entité est Martial Prud’homme tandis que le seul actionnaire est la FSQ.

Le DG justifie l’achat de TSI Sports en se basant sur une analyse du CA concluant qu’il était plus rentable d’acheter l’entreprise que de risquer qu’elle soit achetée par un tiers pouvant modifier les tarifs.

La Fédération affirme que de changer de fournisseur aurait pu coûter de trois à quatre fois plus cher.

Or, notre Bureau d’enquête a discuté avec des concurrents de TSI Sports qui disent ne jamais avoir été appelés à proposer des soumissions. Ces entreprises, qui ont voulu rester anonymes, sont fortement en désaccord avec la prétention que faire affaire avec eux coûterait plus cher.

À la fois dirigeants et sous-traitants

La Fédération de soccer du Québec (FSQ), qui consacre 42 % de son budget à des frais d’administration, ne voit pas de problème à ce que ses administrateurs puissent être actionnaires d’entreprises à qui elle donne des contrats. Notre Bureau d’enquête a relevé trois cas:

1 – Mario Discepola était actionnaire de TSI Sports alors qu’il siégeait au conseil d’administration de la Fédération. La FSQ dit avoir respecté toutes les règles éthiques.

2 – L’ancien directeur général (2012 à 2016) de la FSQ, Patrick Esparbès, est actionnaire de l’entreprise TVGO, créée en 2008. Cette boîte de production télévisuelle a fait affaire avec la Fédération durant la période où M. Esparbès était DG. La FSQ souligne qu’un processus strict a été établi, que les règles de concurrence ont été respectées, que M. Esparbès s’est retiré comme administrateur de TVGO et a vendu des parts afin d’être actionnaire minoritaire durant son passage à la FSQ. Ayant quitté le soccer cet automne pour devenir DG adjoint chez Judo Canada, M. Esparbès a refusé de répondre à nos questions et nous a écrit qu’il n’hésitera «pas à entreprendre toutes procédures si votre travail de journaliste ne cherche qu’à salir une réputation».

3 – Le président de la FSQ, Martial Prud’homme, est actionnaire de Prud’homme Groupe conseil, une firme de ressources humaines qui a obtenu des mandats de la FSQ pour le recrutement de personnel. Le DG de la FSQ, Stéphane Arsenault, n’a pas voulu nous dire si la firme de M. Prud’homme avait été rémunérée pour ces mandats. «Je n’ai pas cette information qui est confidentielle sur la gestion interne.»

De gros frais

La FSQ est la fédération sportive qui dépense le plus pour son administration parmi les fédérations québécoises de hockey, de baseball et de soccer. *

Fédération de soccer du Québec

  • Dépenses: 6,7 M$
  • Administration: 2,8 M$ (42 %)

Hockey Québec

  • Dépenses: 8,4 M$
  • Administration: 2 M$ (23 %)

Baseball Québec

  • Dépenses: 2,3 M$
  • Administration: 630 000 $ (27 %)

*Année 2015-2016, selon les organisations