/opinion/blogs/mechantsraisins
Navigation

Nos auteurs

Le vin quotidien : un beaujo sauvage!

Le vin quotidien : un beaujo sauvage!

Coup d'oeil sur cet article

Vous connaissez sûrement mon insatiable appétit pour les vins digestes, ceux que l’on boit sans retenue parce qu’ils sont gourmands et succulents de nature. Les beaujolais font partie de cette catégorie. Pas tous, évidemment. Comme partout ailleurs, il y a du bon et du moins bon. Dans le Beaujolais, il y a même de l’insignifiant!

Or, c’est tout le contraire des vins de Guy Breton surnommé le P’tit Max par ses pairs de la région. Disciple de Jules Chauvet, précurseur du vin dit « naturel », et influencé par feu Marcel Lapierre, Breton dispose d’un petit jardin de vignes (un peu moins de 7 hectares) très bien situées sur les appellations Morgon, Régnié et Beaujolais Villages. Production bio, pas de produit de synthèse, vendanges tardives, petits rendements, levures indigènes, macérations carboniques, très peu de So2 à la mise en bouteille. Résultat : les vins présentent habituellement beaucoup d’éclat et un caractère que je qualifierais de « sauvage ».

C’est le cas de la cuvée Régnié 2014 actuellement disponible à la SAQ. Robe rubis lumineuse. Bonne intensité au nez. Registre d’abord animal avec un fond de fruits noirs. À mesure du contact avec l’oxygène, les parfums évoluent vers des notes florales et d’épices. En bouche, le vin est friand, légèrement tendu par l’acidité et affichant une texture soyeuse. Ensemble énergique laissant une fine impression minérale en finale. Si j’étais vous, j’e ferais provision pour les beaux jours d’été. À passer en carafe 30-45 minutes. Servir autour de 14 degrés.

Régnié 2014, Guy Breton, France

29,95 $ - Code SAQ 12705542 - 12 %  - 1,2 g/l - *** $$ ½

À noter que le Morgon 2014 du même producteur est aussi disponible.