/entertainment/shows
Navigation

Les 7 doigts au Bataclan

7 doigts de la main
Photo Chantal Poirier

Coup d'oeil sur cet article

En offrant la première de 25 représentations de Réversible au Bataclan, mercredi soir, les artistes de la compagnie Les 7 doigts de la main sont devenus les premiers Québécois à s’y produire depuis sa réouverture, en novembre dernier.

Reconnue pour avoir ­accueilli de nombreux concerts rock, la salle a fait l’objet de travaux de rénovation à la suite du terrible attentat dont elle a été le théâtre en 2015. Entre ses murs, 90 personnes ont perdu la vie.

«Pour moi et pour l’équipe, il n’y a eu aucune hésitation», a affirmé le directeur de la compagnie, Nassib El-Husseini, au lendemain de la première du spectacle.

Celui qui dit avoir perçu ces tragiques événements comme «la goutte qui fait déborder le vase» raconte que les responsables du Bataclan étaient anéantis au moment où ils ont entamé leurs discussions avec Les 7 doigts.

«Ils avaient de la difficulté à “booker” la salle. Personne ne voulait y aller», a-t-il expliqué.

ÉMOTIONS

Bien qu’il considère la décision de la compagnie comme un engagement «rationnel» envers un pays avec lequel elle a toujours entretenu d’excellents liens (elle y a offert près de 1000 représentations de ses différents spectacles), le directeur admet qu’il y avait beaucoup d’émotion lors de la première.

«Certaines personnes, en entrant dans la salle, ont eu le réflexe de prendre des photos», a-t-il raconté.

Lorsqu’on lui demande ce qu’il répond aux gens qui s’interrogent sur son choix de se produire au Bataclan, Nassib El-Husseini n’hésite pas à reprendre les propos de sa complice Gypsy Snider, la metteure en scène de Réversible. «Des professionnels lui ont demandé pourquoi jouer au Bataclan et elle leur a répondu que c’est parce que c’était là que nous devions planter des fleurs... Je trouve que c’est très juste. La vie doit continuer.»

♦ Les 7 doigts de la main présenteront Réversible à Paris jusqu’au 1er avril.