/24m/transports
Navigation

Réseau électrique métropolitain : infrastructures vendues au rabais, selon l’IRIS

REM
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

L’Institut de recherches et d’informations socioéconomiques (IRIS) estime que des infrastructures publiques de transport en commun seront «vendues au rabais» au profit du projet de train électrique de la Caisse de dépôt.

«Depuis 20 ans, on a déjà dépensé 787 M$ dans les différents actifs qui vont appartenir à la Caisse de dépôt, déplore Bertrand Schepper, chercheur à l’IRIS et auteur d’une note publiée aujourd’hui. Le projet ne serait pas rentable si la Caisse n'achetait pas ces actifs-là à bas prix, donc pour nous c'est une privatisation à rabais.»

Il illustre notamment cette «privatisation» avec l’achat et la conversion du tunnel du Mont-Royal pour y faire circuler exclusivement les trains du REM.

Lignes affectées

Ces achats risquent ainsi de «démanteler» le réseau actuel de trains de banlieue, poursuit le chercheur.

«La partie [de la ligne Mascouche] qui va du nord-est vers le centre-ville va appartenir à la Caisse, souligne M. Schepper. On a inauguré [cette ligne] en 2014 au coût de 700 M$. Les gens qui partent de Mascouche vont devoir arrêter à la station de l'autoroute 40 et faire un transfert.»

Qualifiant le REM de «mauvais projet», il rappelle que le rapport du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) a lui aussi été très critique envers ce train.

«Un bon projet de transport en commun doit prendre en considération l'ensemble des besoins du transport collectif, soutient-il. Si la priorité c'est le rendement, ça va à l'encontre du transport en commun.»

Tarifs élevés?

La note de M. Schepper laisse également entendre que les tarifs seront élevés à cause des prédictions de rendement du REM, qui se situent entre 10 % et 11 % sur cinq ans.

«Pourtant, les indices de performance dans les fonds d’investissement en infrastructures oscillent entre 5 % et 6 %. Cet écart laisse présager que de hauts tarifs.»

La Fédération canadienne des contribuables (FCC) soulignait d’ailleurs hier que le financement du train de la Caisse de dépôt pourrait augmenter de manière significative les impôts des Québécois.


3 points faibles du REM, selon l’IRIS

►Besoins du nord-est de Montréal en transport en commun ignorés

►Ligne de Mascouche amputée

►Hauts tarifs à prévoir