/sports/hockey
Navigation

Un record fantôme

Filip Forsberg et Mike Bossy ont déjà marqué trois buts dans deux matchs d’affilée

SPO-HOCKEY-CANADIENS-PREDATORS
Photo Ben Pelosse À ses 37 derniers matchs, Filip Forsberg a fait bouger les cordages à 24 reprises.

Coup d'oeil sur cet article

Un tour du chapeau, c’est assez rare. Un tour du chapeau dans deux matchs d’affilée, c’est encore plus rarissime.

Filip Forsberg a marqué trois buts contre les Flames et les Islanders les 21 et 23 février derniers. À la rencontre suivante, l’ailier gauche des Predators de Nashville n’a pu maintenir cette folle cadence, mais il a tout de même récolté trois points (1 but, 2 passes) dans un gain de 5 à 2 contre les puissants Capitals de Washington.

«Ah, c’était déjà complètement fou de le faire deux fois d’affilée, a dit Forsberg à quelques heures du match contre le Canadien au Centre Bell. À mon premier tour du chapeau, j’étais déçu puisque nous avions perdu ce match en prolongation. À la rencontre suivante, j’ai ressenti une fierté encore plus grande en marquant encore trois buts, mais dans une cause gagnante.»

Une confusion

Depuis les deux matchs d’affilée de trois buts de Forsberg, on racontait que le record de la LNH était de trois rencontres consécutives de trois buts ou plus. Joe Malone (1917-1918) et Mike Bossy (1980-1981) détenaient cette marque. C’était du moins ce qu’avançait le site Wikipedia dans sa page consacrée aux records de la LNH.

C’est aussi ce que croyait Forsberg puisque des articles ont été publiés à ce sujet au cours des derniers jours. Même Bossy pensait que c’était bien réel.

«Il ne faut pas toujours se fier à Wikipedia, a rappelé le statisticien de la LNH Benny Ercolani. J’ai fait mes recherches et j’ai demandé aussi à Elias Sports de faire une autre recherche. Nous arrivons à la même conclusion: aucun joueur de la LNH n’a marqué trois buts ou plus dans trois matchs d’affilée. Mais plusieurs l’ont fait deux fois.»

En 1980-1981, Bossy avait réussi pas moins de neuf tours du chapeau. En consultant le guide médias des Islanders, on remarque qu’il avait marqué trois buts ou plus lors de deux matchs d’affilée, et ce, à deux reprises au cours de cette saison. Bossy avait terrifié les gardiens adverses en réussissant le plateau magique des 50 buts en 50 matchs. Il avait fini l’année avec 68 buts en 79 rencontres.

Avec la confusion liée à ce record, Bossy a suivi d’un œil intéressé la dernière séquence de Forsberg.

«On dit toujours que les records sont faits pour être battus, mais honnêtement, j’aimerais ça garder certains de mes records, a confié au Journal l’ancien prolifique marqueur des Islanders qui est aujourd’hui analyste à TVA Sports et à la radio au 91,9. C’est la vie, si on finit par les battre, mais je trouve ça bien cool d’avoir encore quelques marques.»

Bossy a encore cette marque, mais il ne la partage pas uniquement avec Malone!

En matinée, Forsberg avait également parlé de Bossy concernant ce record qui ne tient finalement pas la route.

«Je suis trop jeune pour l’avoir vu jouer avec les Islanders, a-t-il répliqué avec le sourire. J’ai regardé ses statistiques et quelques vidéos de lui. Quand tu consultes sa colonne de buts, tu réalises rapidement qu’il était un marqueur né.»

Une saison en deux temps

Depuis le 13 décembre, Forsberg marque des buts à la tonne. À ses 37 derniers matchs, l’ancien choix de premier tour en 2012 des Capitals de Washington (11e au total) a touché la cible à 24 reprises. Il s’agit de tout un contraste avec ses deux buts à ses 24 premières rencontres cette saison.

«J’ai marqué plusieurs buts récemment, mais ça fait maintenant partie du passé, a-t-il affirmé. Je dois poursuivre sur la même lancée.»

Forsberg n’a rien fait de magique pour retrouver sa touche à l’attaque.

«Pour vous dire la vérité, il n’y a pas une si grande différence entre mon jeu des premières semaines de l’année et dernièrement, a-t-il expliqué. Je garde la même préparation depuis le début de l’année. Je travaillais aussi fort pour les premières semaines de la saison que maintenant. Mais j’ai trouvé une façon de marquer plus régulièrement.»

«Je savais que j’étais pour débloquer. J’avais vécu pratiquement la même chose l’an dernier.»

La saison dernière, le jeune ailier de 22 ans n’avait que deux buts après 21 matchs. Il a finalement terminé l’année 2015-2016 avec 33 buts.