/news/consumer
Navigation

Amazon livre à l’heure, mais pas toujours gratuitement

Le Journal a testé son nouveau service de livraison sans frais dès le lendemain à Montréal

Coup d'oeil sur cet article

Amazon a bien livré le lendemain les sept articles commandés par Le Journal. Mais pour deux produits, l’envoi n’était pas gratuit comme le promet son nouveau service, et des colis ont été laissés sur le pas de la porte à la vue de tous.

Depuis mardi, le géant américain Amazon promet la livraison gratuite de ses produits dès le lendemain de la commande, à Montréal, à ses membres Amazon Prime, un abonnement qui coûte 79 $ par année. Jusque là, Amazon offrait la livraison en deux jours dans la métropole.

La livraison gratuite est réservée aux produits étiquetés «Prime» sur le site web, soit les gros succès de vente que l’entreprise stocke dans des entrepôts près de Montréal.

Pour tester son nouveau service, Le Journal a passé trois commandes mardi avant-midi.

Pas toujours gratuit

Dans les trois cas, Amazon a tenu sa promesse de livrer le lendemain. Sur les commandes, on mentionnait que les trois commandes seraient livrées avant 21 h, mais elles ont été reçues à 10 h 30, 13 h 30 et 15 h 30.

Dans un cas, Amazon a toutefois ajouté des frais de 3,99 $ — sur les têtes de brosse à dents et le chargeur de téléphone. Il s’agissait pourtant de produits «Prime» censés être livrés gratuitement aux membres qui paient déjà des frais annuels de 79 $ pour profiter de livraisons rapides et gratuites.

Pourquoi? Amazon a refusé notre demande d’entrevue pour s’expliquer, mais en lisant les petits caractères sur le site, on comprend que des produits «Prime» peuvent ne pas être en stock dans les entrepôts à proximité. Cela signifie qu’ils doivent les faire venir de plus loin. L’autre option aurait été de les faire livrer gratuitement, mais avec deux jours de délai au lieu d’un.

Étonnamment, ces produits étaient pourtant dans le premier des trois colis que Le Journal a reçus, et ce, même s’il provenait de Mississauga, en banlieue de Toronto.

Pas sécuritaire

De plus, deux des trois colis ont été déposés de manière non sécuritaire au pied de la porte, à la vue des piétons qui auraient pu les prendre. Dans un cas, le livreur est parti après moins de cinq secondes, avant même que nous ayons eu le temps de lui répondre.

Et comme c’est souvent le cas des commandes internationales, le français est à peu près inexistant sur les emballages.

Malgré ces irritants, le nouveau service ultrarapide d’Amazon demeure un coup dur pour les commerçants montréalais qui ont pignon sur rue.

«Pour plusieurs d’entre eux, le fait d’avoir le produit en stock était leur grand avantage sur Amazon. Là, l’écart se rétrécit vraiment beaucoup», dit Jacques Nantel, professeur émérite à l’école HEC Montréal.

«Ce géant nous livre une bataille pas facile, concède Léopold Turgeon, PDG du Conseil québécois du commerce de détail. Le Conseil annonce d’ailleurs un projet d’aide de 1300 petites entreprises afin qu’elles développent des sites transactionnels sur le site web.

Les sept produits commandés

Jeu de société

  • Livraison: 13 h 30 le lendemain
  • Prix: 22,99 $
  • Frais de livraison: Aucun
  • Lieu d’envoi: Inconnu

Velcro

  • Livraison: 13 h 30 le lendemain
  • Prix: 5,99 $
  • Frais de livraison: Aucun
  • Lieu d’envoi: Inconnu

Têtes de brosse à dents électrique

  • Livraison: 10 h 30 le lendemain
  • Prix: 14,99 $
  • Frais de livraison: 3,99 $
  • Lieu d’envoi: Mississauga, Ontario

Étui à ipad

  • Livraison: 15 h 30 le lendemain
  • Prix: 16,99 $
  • Frais de livraison: Aucun
  • Lieu d’envoi: Inconnu

Chargeur de téléphone

  • Livraison: 10 h 30 le lendemain
  • Prix: 14,99 $
  • Frais de livraison: 3,99 $
  • Lieu d’envoi: Mississauga, Ontario

Protecteur de téléphone

  • Livraison: 15 h 30 le lendemain
  • Prix: 11,99 $
  • Frais de livraison: Aucun
  • Lieu d’envoi: Inconnu

Cuillères à mesurer

  • Livraison: 13 h 30 le lendemain
  • Prix: 4,99 $
  • Frais de livraison: Aucun
  • Lieu d’envoi: Inconnu

14 % : Pourcentage des détaillants québécois qui vendent leurs produits ou leurs services en ligne.

Source: CEFRIO, 2015

— Avec la collaboration de Marie-Eve Dumont