/lifestyle/food
Navigation

Ça rock en cuisine!

Ça rock en cuisine!
Photo Chantal Poirier

Coup d'oeil sur cet article

Jeff Stinco, guitariste du groupe Simple Plan, est en pleine tournée Taking on for the team, alors qu’il sera le 13 mars à Québec et le 15 mars à Montréal. Pour se ressourcer, se vider l’esprit ou au contraire, pour trouver l’inspiration, Jean-François (Jeff) passe beaucoup de temps dans sa cuisine. Amoureux de la restauration, de la cuisine et des chefs, il est impliqué dans le milieu depuis quelques années et profite de ses nombreux voyages de tournée pour découvrir ce qui se fait de mieux côté cuisine. Un vrai gourmet curieux! 

Questionnaire gourmand

Présente-nous ton accessoire de cuisine fétiche et pourquoi l’avoir choisi.

Je pourrais en montrer beaucoup, puisque je suis bien équipé, car je cuisine beaucoup et que je sais aussi que pour bien faire les choses, il faut avoir le matériel adéquat. Voici donc une mitaine qu’une fan m’a donnée. C’est une jeune coréenne qui est venue voir notre concert au Japon et elle avait apporté un cadeau pour chacun des membres du groupe. Elle savait que j’adore la cuisine.

As-tu d’autres accessoires qui facilitent ta vie dans la cuisine?

Le Vitamix, un robot culinaire formidable. Ma copine s’en sert tout le temps. Sinon, ma machine à café que je me suis offerte pour mon anniversaire. Impossible de m’en passer.

Justement, avez-vous de petits rituels tous les deux dans la cuisine?

On adore cuisiner l’un et l’autre, alors on a chacun notre bloc de couteaux, nos objets­­ chouchous... Cuisiner à quatre mains, c’est bien agréable. Lorsque mes filles se mettent de la partie, ça fait aussi une belle activité de groupe.

Pour toi, un repas et une soirée parfaite, c’est quoi?

Puisque j’aime l’action en cuisine, j’aime faire participer mes invités aux réalisations culinaires du repas. Ils sont parfois un peu surpris que je leur fasse faire des choses, mais très vite la bonne humeur s’installe et la décontraction est de mise. Tout est fait de façon relax, avec humour­­, pas de stress, de la joie et un bon verre de vin. Passer une belle soirée, c’est surtout ça le plus important.

Donne-nous une idée du repas que tu ferais avec tes invités?

Avant, j’avais tendance à faire des choses simples, comme des pétoncles avec une sauce asiatique, un beau gros poisson grillé. Maintenant, j’avoue aimer improviser et faire des choses plus audacieuses. J’utilise des techniques plus élaborées, les cuissons sous vide pour des préparations à basse température. Je cuisine souvent avec ma fille Maya, elle adore la cuisine et les gadgets­­. Elle a un sens aigu de la précision, alors, on a bien du plaisir tous les deux à faire de bons petits plats.

Raconte-nous la réalisation culinaire dont tu es le plus fier.

J’adore faire les pâtes farcies. Dernièrement, je suis allé suivre le cours de cuisine de Helena Faita, son cours de pâtes italiennes. Elle nous montrait comment faire de belles choses simples et savoureuses et parler et goûter aussi des produits que je ne connaissais pas, comme le fromage tuma, un fromage de lait de brebis. Aujourd’hui, j’adore faire des pâtes à mes invités, grâce à elle.

Ça rock en cuisine!
Photo courtoisie

Dis-nous qu’il t’est déjà arrivé de servir un plat complètement raté...

Wow, oui! Une fois j’ai invité des gens à manger un rôti de bœuf, c’était dur comme de la semelle de botte. Mes amis disaient «Humm, c’est bon!» Bref, de bons amis. (Rires) Ce n’est pas pour rien qu’aujourd’hui je suis équipé pour faire de la viande qui fond en bouche.

As-tu une expérience cocasse à raconter?

Un jour, je décide de faire des crevettes à la friteuse avec du panko... La cuisine était un nuage de fumée. Les pompiers sont arrivés à la maison, car le déclencheur est parti à la centrale. Fou rire assuré avec les invités, ce soir-là.

Quelle est ta meilleure expérience culinaire à vie?

La viande en Argentine, c’est quelque chose. Mais c’était aussi pour la faculté qu’ils ont de marier les plats avec le vin, de faire des accords mets et vins parfaits.

Ça sentait quoi chez toi, dans la cuisine, lorsque tu étais petit?

Mon père est italien, mais il est né en Tunisie­­. J’ai vécu alors avec les odeurs des épices, des fruits secs, du cumin, du safran, de la cannelle, du thé à la menthe... Je côtoyais la cuisine italienne, la sauce tomate, les pâtes. Chez moi lorsque j’étais petit, c’était souvent le party. Mon père recevait souvent ses amis, tous des personnages incroyables. Mon père faisait aussi une sauce ragù, extraordinaire. J’ai d’ailleurs gardé sa recette et je la fais souvent.

As-tu un souvenir en particulier?

Mon grand-père adorait le spaghetti. Alors, pour lui faire plaisir, ma grand-mère avait dans sa banque de recettes 365 recettes de sauce et de préparations de spaghetti. Imagine l’inven­tivité que cela demande. Une sainte femme, ma grand-mère.

As-tu un rêve culinaire? Par exemple, un resto où tu souhaites aller, un projet culinaire, un vin rare à déguster... ?

J’aurais aimé découvrir et surtout déguster­­ la cuisine du chef espagnol Ferran Adrià. Il y a quelque chose de mystérieux là-dedans et ça m’intrigue.

Son carnet d’adresses

Ton resto préféré ?

Une de mes grandes expériences, c’était au Laurie-Raphael à Québec. Formidable du début à la fin.

Ton resto préféré pour sortir en tête-à-tête?

Ça rock en cuisine!
Photo courtoisie

J’ai découvert dernièrement un petit restaurant mexicain, fort agréable, le Caifan, sur Beaubien Est, à Montréal. Vraiment très bon!

Ton resto préféré pour tes sorties de chums de gars?

Mangiafoco, à Montréal. J’ai des attaches particulières avec ce restaurant. (Rires) Mais franchement, c’est un lieu idéal de convivialité et de bonne cuisine.

Ta boutique gourmande préférée?

Fous desserts, sur le Plateau Mont-Royal. Tout est bon, surtout les croissants. Sinon, Chez Vito, une boucherie et charcuterie, à Montréal.

Ton resto préféré hors Québec?

Chez le chef Jiro Ono. Mon rêve ultime, mais je n’ai pas réussi à y aller encore. Il faut réserver des mois à l’avance. Je me promets de le faire. Il y a quelques places uniquement et c’est le métro à Tokyo. J’ai aussi été au marché de poisson de Tokyo, très tôt le matin, c’est fabuleux. À Chicago, le Trench-bar. Formidable, ambiance et cuisine savoureuse. Aussi, Bar Isabel à Toronto, très sympathique.

Tes vins préférés?

J’aime découvrir des vins de petits producteurs, des vignerons qui font des choses différentes, qui respectent la nature aussi.

Ton livre chouchou?

Ça rock en cuisine!
Photo courtoisie

J’ai aimé lire le livre de Joe Beef, passionnant dans son contenu. Aussi, le livre du Dr Béliveau, Les aliments contre le cancer. Il m’a ouvert les yeux sur les épices.

Ton produit culinaire chouchou?

Ça rock en cuisine!
Photo Fotolia

Je suis amoureux des fines herbes. Donc, il y en a tout le temps à la maison.

Ta recette fétiche?

Je suis entouré de végétariens dans ma vie, à la maison et dans le band. Donc, dès que j’ai l’occasion­­, je mange une bonne bavette. Bonheur­­ assuré pour moi. (Rires)

De quoi ne peux-tu pas te passer?

Du café, chez moi en particulier, sinon, Chez Névé sur Mont-Royal.

Ta gourmandise coupable?

La crème glacée chez Vincenzo, sur Villeray. Top! Aussi, les croissants de chez Sébastien Godard, rue des Martyres, à Paris. Mais, ma sauce­­ tomate à moi, avec des tomates que je fais pousser moi-même. Je fais mes conserves, c’est très bon et je ne m’en lasse pas.

Ce que tu détestes?

Détester, non, mais disons que le Kimchi ou les marinades, ce n’est pas trop mon truc.

Ton style de cuisine préférée?

Ça rock en cuisine!
Photo courtoisie

Une des meilleures choses que j’ai mangées dans ma vie, c’était avec le groupe (Simple Plan) lors de notre premier voyage au Japon... du bœuf de Kobe. Sinon, je dirais que la cuisine italienne me comble de bonheur.

 

 

Sur le même sujet