/sports/ski
Navigation

Après Erik Guay, Alex Harvey...

Après Erik Guay, Alex Harvey...
Alain Bergeron

Coup d'oeil sur cet article

LAHTI |  La médaille d’or d’Alex Harvey a déclenché la frénésie dans l’équipe canadienne, à commencer par son fidèle entraîneur depuis 12 ans, Louis Bouchard, qui s’est risqué à comparer cette médaille d’or à ce que pourrait représenter une identique aux Jeux olympiques.

«Les Jeux olympiques, c’est sûr que c’est ce qu’il y a de plus visible pour les téléspectateurs et pour le monde entier, mais les championats du monde pour nous, c’est ce qu’il y a de plus gros. Ça revient à tous les deux ans. C’est là que tu détermines qui est le meilleur au monde, un peu comme ce fut le cas avec Erik Guay. Aujourd’hui, le meilleur au monde a été couronné et c’est Alex», a exprimé celui qui agit comme entraîneur-chef de l’équipe depuis l’été dernier.

À lire aussi: «Un rêve de ti-cul qui se réalise»

«C’est la plus belle épreuve de ma carrière. J’ai pleuré tantôt. Je n’en reviens pas. Le 50 km, c’est ce qu’il y a de plus gros et de plus exigeant physiquement», a ajouté Bouchard.

Après Erik Guay, Alex Harvey...
Alain Bergeron

Bilodeau: «Récompense ultime» 

Dans sa liste de remerciements suivant sa consécration, le nouveau champion du monde a salué le travail des techniciens.

«On recommence en neuf à chaque année, mais cette année, à la dernière course, on voulait prouver qu’Alex pouvait toujours être dans le coup. Pour nous, une médaille d’or, ça veut dire que les farteurs travaillent bien et qu’on est dans le coup. La récompense ultime, c’est de gagner. Maintenant, on l’a, notre récompense», a exprimé le farteur-chef Yves Bilodeau, émotif également en raison des origines québécoises qu’il partage avec Harvey.

«On l’a vu grandir. Aujourd’hui, on ne peut pas être plus heureux que ça», a indiqué l’ex-fondeur qui s’est longtemps entraîné notamment aux côtés de Pierre, père d’Alex.

«Merci aux farteurs, c’est sûr. Ils travaillent tellement fort. C’est la meilleure année pour l’équipement, il n’y a aucun doute», a salué Harvey, qui avait aussi un mot pour Louis Bouchard.

« Merci à Louis, il me coache depuis que j’ai 16 ans. Ça fait 12 ans qu’on est ensemble. Ça fait 12 ans qu’on essaie. Quand j’étais jeune, on a essayé d’être champion du monde junior, ensuite champion du monde sénior. Ça fait 12 ans qu’on essaie et, finalement, on a réussi.»