/finance/business
Navigation

Un outil qui vous dit quand acheter

Une application prédit le prix des billets d’avion

Québec Inc - Frédéric Lalonde
Photo Ben Pelosse L’homme d’affaires Frédéric Lalonde s’inspire de Wayne Gretzky.

Coup d'oeil sur cet article

Hopper, une application mobile qui prédit le prix des billets d’avion, a tout misé sur une seule technologie. Et elle en est devenue le numéro un mondial dans son secteur.

Vous voulez aller à Paris en mai, ou à Istanbul en septembre? Plusieurs applications mobiles existent pour vous conseiller sur le prix des billets d’avion, mais ce qui distingue Hopper, c’est qu’il vous mentionnera quand sera le meilleur moment de les acheter afin d’avoir le meilleur prix.

Elle vous conseillera peut-être d’attendre, ou de vous précipiter pour faire la transaction. Car son algorithme, qui observe en temps réel plus de 300 milliards de prix de vols par mois, sait que vous ne trouverez pas mieux.

« Lien de confiance »

«Nous sommes la seule entreprise à dire à nos clients: attendez avant d’acheter! Ce qu’on bâtit avec eux, c’est un lien de confiance», dit Frédéric Lalonde, chef de la direction et cofondateur de Hopper, dont le siège social est à Montréal, et qui a aussi un bureau à Boston.

Ce n’est pas la première décision peu orthodoxe de cette entreprise, qui a bâti son modèle d’affaires sur l’exploitation des mégadonnées, et que les grands fonds d’investissement voient dans leur soupe. Hopper vient de recevoir un financement de 82 millions $, dont la moitié de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Adieu site web, bonjour mobile

L’autre coup de dés des dirigeants de Hopper a été de délaisser, en 2014, leur site web, qui comptait déjà un million d’usagers, pour se déployer uniquement sur le mobile. Pourtant, il y a trois ans, seulement 10 % des transactions commerciales se faisaient sur les cellulaires. «Il fallait donc ignorer 90 % du marché pour miser sur une minorité, dont on pariait qu’elle allait devenir la majorité. Ça demandait du flair», dit Frédéric Lalonde.

Il a eu raison puisqu’en 2017, la moitié des transactions commerciales se font sur le mobile.

L’homme d’affaires s’inspire de la célèbre phrase de Wayne Gretzky qui a dit un jour: «je patine là où se dirige la rondelle, et non pas là où elle est.»

Ses chiffres donnent déjà le tournis. L’application vend pour un million de dollars de billets par jour. En 2016, le nombre de ses utilisateurs, qui économisent en moyenne 50 $ par billet, est passé d’un million à plus de dix millions. «On est l’application de ventes de billets d’avion numéro un dans le monde sur le mobile.»

Les Expedia, Booking.com ou Tripadvisor sont encore très «sites web».

la compagnie

  • Domaine d’affaires : application mobile pour l’achat de billets d’avion
  • Basée à Montréal et Boston
  • Principal actionnaire : Frédéric Lalonde
  • Nombre d’employés : 50