/finance/business
Navigation

Le Groupe Commensal change de main

Bloc Commensal
Capture d'écran, Commensal

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL - Le Groupe Commensal, qui produit des mets végétariens distribués en épicerie, est vendu par Imvescor à Pasta Romana Foods, aussi basée à Montréal, pour 4,2 millions $.

Imvescor s’est départie de cette division, dont les restaurants avaient déjà été fermés, parce qu’elle ne cadrait pas dans son plan d’affaires. Son président et chef de la direction Frank Hennessey a expliqué qu’il veut se concentrer sur ses activités centrales de restauration, soit les bannières Bâton Rouge, Scores, Toujours Mikes, Ben & Florentine et Pizza Delight.

«Le Groupe Commensal et les restaurants, ce sont différents secteurs d’affaires, qui requièrent une attention différente. Nous devons rester disciplinés et dans ce quoi nous excellons», a-t-il dit en entrevue téléphonique en parlant de ses réseaux de restaurants franchisés.

Imvescor n’a donc gardé le Groupe Commensal que durant un peu plus de trois ans, après avoir acquis cette entreprise québécoise qui s’était placée sous la Loi de la faillite et de l’insolvabilité.

N’étant pas à la tête d’Imvescor lors de cette prise de contrôle, Frank Hennessey a expliqué qu’à l’époque, la direction de son entreprise voulait s’en servir pour fournir des produits pour les restaurants franchisés comme le fait St-Hubert, une idée qui ne s’est pas vraiment matérialisée.

«J’ai une autre philosophie. Je crois qu’on peut avoir la même qualité d’aliments avec nos fournisseurs et on peut ainsi se concentrer sur nos activités centrales. De toute façon, les installations végétariennes du Commensal n’étaient pas faites pour nos restaurants», a-t-il précisé.

Pasta Romana Foods est d’ailleurs un fournisseur d’Imvescor et c’est cette relation qui a permis la transaction concernant le Groupe Commensal.

Toujours Mikes comme moteur

Le président a souligné que les 4,2 millions $ récoltés avec la vente du Groupe Commensal serviront à rembourser la dette contractée pour mettre la main sur la chaîne québécoise de restaurants Ben & Florentine, en décembre.

M. Hennessey a noté qu’Imvescor n’avait pas de dette avant cette acquisition et que ses flux de trésorerie sont excellents. Il se dit à l’affût pour d’autres achats, mais seulement pour un réseau de restaurants franchisés ou franchisables.

«Nous voulons une structure légère. Notre modèle, c’est d’avoir des franchisés. Si on commence à s’éparpiller, on sera moins efficace», a-t-il dit.

Pour augmenter ses revenus, le président veut notamment étendre le nombre de restaurants Bâton rouge, Pizza Delight et Ben & Florentine en Ontario.

M. Hennessey compte aussi beaucoup sur les restaurants Toujours Mikes qui génèrent plus de 100 millions $ en vente au Québec annuellement.

«Mikes a très bien fait dans la dernière année. Je suis très optimiste pour l’avenir», a-t-il mentionné.

Il a souligné que la chaîne qui célébrera son 50e anniversaire cette année est bien ancrée au Québec et qu’elle profite de sa stratégie de simplifier son menu, d’améliorer ses produits, ainsi que son marketing.

Imvescor a d’ailleurs annoncé mardi que des pizzas congelées à croûte fine de marque Mikes seront bientôt vendues en épicerie.