/finance/opinion/columnists
Navigation

Plus d’emplois pour les femmes et les 55 ans et +

Coup d'oeil sur cet article

Au cours des 10 dernières années, quelque 390 000 nouveaux emplois ont été créés au Québec. Les femmes ont mis la main sur 60 % des nouveaux emplois, soit 232 400.

Mais cela ne leur a pas encore permis de rattraper les hommes: elles occupent actuellement 48 % du marché de l’emploi au Québec, à comparer à 52 % pour les hommes. Dans l’ensemble de la population, la part des femmes s’élève à 50,3 % et celle des hommes à 49,7 %.

Dans la nouvelle édition de «L’État du marché du travail au Québec», que publie annuellement l’Institut de la statistique du Québec, une autre donnée s’avère particulièrement frappante.

Sur 390 000 emplois créés en 10 ans, ce sont les travailleurs de 55 ans et plus qui ont accaparé la grosse part du gâteau. Ils ont mis la main sur 82 % des nouveaux emplois, soit 319 800.

C’est donc dire que les travailleurs de moins de 55 ans ont récolté à peine 18 % des emplois créés depuis 2006. Pis encore: chez les 15-24 ans, il y a même eu une légère perte d’emplois sur les 10 ans.

TEMPS PLEIN

Quand on parle de création de l’emploi, il va sans dire que le «temps plein» est nettement un meilleur indicateur que le «temps partiel».

Sur les 390 000 emplois créés en 10 ans, quelque 73,5 % (286 700) sont reliés au «temps plein».

Le «temps plein» a ainsi enregistré une croissance de 9,4 % sur 10 ans. Ce sont les «55 ans et plus» qui ont bénéficié de l’augmentation en mettant le grappin sur 87,4 % des nouveaux emplois à temps plein.

Le «temps partiel» a pour sa part augmenté de 15,1 % au cours de la même période, soit de 103 300 emplois.

PRIVÉ VS PUBLIC

Au niveau des emplois de salarié, l’embauche dans le secteur public québécois (provincial, municipal, fédéral) a augmenté de 113 900 emplois. Cela représente 34 % des emplois de salarié créés lors des 10 dernières années. C’est 10 points de pourcentage de plus que le poids du secteur public chez l’ensemble des travailleurs salariés.

Par ailleurs, dans quelles régions administratives du Québec a-t-on enregistré les plus fortes augmentations d’emplois de 2006 à 2016?

Au 1er rang, on retrouve les Laurentides, avec un taux de croissance de 23,9 %, soit 59 800 emplois.

Au second rang? C’est la Capitale-Nationale (région de Québec) qui arrive bonne deuxième avec une augmentation de 18,7 %, soit 64 000 emplois. Suivent Laval (+14 %), Lanaudière (+13,7 %) et la Montérégie (+11 %).

Sur les 16 régions, Montréal arrive au 8e rang avec une hausse de 8,3 %.

Le Bas-Saint-Laurent est la seule des régions qui a perdu des emplois, soit 5300 en 10 ans.