/sports/soccer/cf-montreal
Navigation

Une surface qui fait jaser

SPO-IMPACT VS TORONTO FC
Photo Sébastien St-Jean

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Comme c’est le cas chaque année, la surface synthétique du Stade olympique est loin de faire l’unanimité chez les joueurs de la Major League Soccer. Ceux des Sounders de Seattle ne font pas exception.

La vedette du Toronto FC Sebastian Giovinco n’avait pas mâché ses mots l’an dernier, soutenant que ce terrain était dangereux pour la carrière des joueurs.

Harry Shipp, qui a porté les couleurs de l’Impact de Montréal en 2016, croit qu’elle avantage les favoris locaux.

«Les équipes qui arrivent ici n’y sont pas habituées alors qu’ils [les joueurs de l’Impact] ont pu s’entraîner sur cette surface pendant quelques semaines», a-t-il expliqué.

«C’est très différent quand tu te retrouves de l’autre côté. Les joueurs ont plus tendance à se plaindre parce qu’elle [la surface] n’est vraiment pas belle. J’essaie simplement de dire aux gars de se concentrer sur la première touche de balle et sur les petits détails, car des gestes qui sont habituellement routiniers deviennent difficiles. Le ballon bondit constamment.»

L’attaquant de 22 ans Jordan Morris avait d’ailleurs de la glace sur le genou au terme de l’entraînement des siens, vendredi.

«C’est seulement par mesure préventive, a-t-il assuré. La surface est un peu plus dure [sur les genoux] ici, mais je vais bien.»

Rebondir

Morris s’attend à un match difficile et espère que son équipe saura faire mieux qu’à son premier duel de la saison, un revers de 2-1 contre le Dynamo de Houston.

«Jouer sur cette surface, c’est différent. Mais les partisans ici sont super donc ce sera une belle soirée. Ils forment une équipe organisée et ils ont connu une très bonne campagne l’an dernier, alors ce sera une lourde commande sur la route.»

«Aller à Houston est toujours difficile. Ils sont sortis fort et nous ont un peu pris par surprise, a-t-il ajouté. Nous devons passer à autre chose. Montréal forme aussi une très bonne équipe et gagner à l’étranger est toujours difficile. Nous allons simplement aborder le match avec la même mentalité qu’à l’habitude et tenter d’aller chercher les trois points.»

Shipp s’est d’ailleurs assuré qu’aucun problème technique ne vienne retarder le match, comme ce fut le cas avec les lignes latérales de la surface de réparation, en novembre dernier.

«J’ai vérifié pour être certain qu’elles étaient au bon endroit», a-t-il lancé en riant.

Un nouveau départ pour Harry Shipp

MONTRÉAL - Moins de trois mois après avoir quitté l’Impact, Harry Shipp est déjà de retour à Montréal, lui qui se retrouvera cette fois-ci du côté des visiteurs samedi, à l’occasion du passage des Sounders de Seattle au Stade olympique.

<b>Harry Shipp</b>
Photo JOEL LEMAY/AGENCE QMI
Harry Shipp

Échangé le 22 décembre aux champions en titre de la Coupe MLS, le milieu offensif n’a pas été en mesure de trouver sa chaise dans l’effectif de l’entraîneur Mauro Biello l’an dernier, même s’il avait impressionné pendant le camp d’entraînement.

«La façon dont on a joué lors des matchs présaison l’an dernier était bien différente de la manière dont on a joué pendant la saison, a expliqué Shipp au terme de l’entraînement des Sounders, vendredi. Je ne blâme pas les entraîneurs puisque c’était la bonne stratégie par rapport aux joueurs que nous avions. Ce n’était simplement pas un style dans lequel je cadrais.»

«Je leur ai dit après la saison que je n’avais aucune rancune, à leur place j’aurais fait exactement la même chose.»

Plutôt que de faire des vagues en raison de son temps d’utilisation, le natif de l’Illinois a simplement mis les bouchées doubles. En bon coéquipier, il a attendu la fin de la campagne afin de discuter de son avenir avec l’état-major.

«Je voulais régler ça seulement à la fin de la saison pour pouvoir me concentrer sur mon jeu et tenter de contribuer aux succès de l’équipe. À la fin, ce fut une décision mutuelle.»

Qualité ou défaut?

Shipp est considéré comme un joueur polyvalent qui peut évoluer à plusieurs positions. Bien que cela puisse lui avoir nui l’an dernier, le principal intéressé fait tout en son pouvoir pour ne pas avoir à revivre le même scénario.

«J’ai la chance d’arriver avec une équipe qui a enlevé les grands honneurs l’an dernier. J’essaie simplement de faire ma place, a-t-il dit. J’ai évolué à plusieurs positions pendant les matchs préparatoires. Je veux démontrer que je peux jouer plusieurs rôles en cours de saison.»

De bons mots

Le pilote des Sounders Brian Schmetzer mise sur plusieurs armes offensives en Clint Dempsey, Nicolas Lodeiro et Jordan Morris. Il croit que la polyvalence de Shipp sera un atout de plus dans sa manche.

«Dans le schéma 4-2-3-1 que nous jouons, il cadre à plusieurs positions, a-t-il noté. Il est encore jeune et parfois, ça ne fonctionne pas avec un club et le changement de décor fait cliquer les choses. C’est ce que nous espérons.»

Le jeune Morris, qui a inscrit 12 buts à sa première saison dans la Major League Soccer (MLS) en 2016, aime ce qu’il voit de son nouveau coéquipier jusqu’à présent.

«Harry est super, c’est un très bon joueur, mais aussi une bonne personne, a souligné Morris. Il cadre bien avec notre groupe. Il m’impressionne beaucoup, il possède d’excellentes habiletés techniques.»

«Il nous a amenés souper en ville hier [jeudi] soir et il nous a donné quelques petits conseils. Je pense que les entraîneurs ont apprécié.»