/lifestyle/books
Navigation

Le dimanche des mères

Le dimanche
 des mères 
Graham Swift
Aux Éditions
 Gallimard, 
144 pages
Photo courtoisie Le dimanche des mères Graham Swift Aux Éditions Gallimard, 144 pages

Coup d'oeil sur cet article

Racontée par une très vieille femme qui a tour à tour été domestique, libraire et écrivaine, cette élégante histoire d’amour se déroulant dans l’entre-deux-guerres a réussi à me toucher en plein cœur.

Au début du 20e siècle, même si elle était déjà sur son déclin, il existait une tradition appelée «le dimanche des mères». Et en ce dimanche des mères, les aristocrates britanni­ques devaient accorder un jour de congé à leurs domestiques afin que ces derniers puissent retourner chez eux et passer un peu de temps auprès de leur ­génitrice.

Ayant grandi dans un ­orphelinat avant de devenir, en 1917, la femme de chambre des Niven, la jeune Jane Fairchild n’a donc aucune mère à qui rendre visite pendant que ses maîtres, privés de cuisinière durant une grande partie de la journée, iront déjeuner dans l’un des bourgs du Berkshire. Ce qui explique pourquoi elle ira plutôt rejoindre Paul Sheringham, le fils de la très riche famille voisine avec lequel elle entretient secrètement une relation passionnelle depuis sept ans.

Ce jour-là, pour la toute première fois, ils ne feront donc pas l’amour derrière un buisson ou dans un quelconque coin sombre, mais dans la vaste chambre lumineuse de Paul, ­domestiques et schnoques – c’est ainsi que Paul surnomme ses parents! – ne devant revenir qu’en fin d’après-midi. Autrement dit, ils ont la maison à eux et tous deux savent déjà que plus jamais ils ne pourront revivre pareille expérience: dans moins de deux semaines, Paul doit en effet épouser une femme extrêmement fortunée...

Près de 60 ans plus tard, alors qu’elle n’est plus qu’une très vieille romancière toujours prête à jongler avec les mots, Jane parviendra ainsi à nous bouleverser en dévoilant comment ce magnifique dimanche de mars 1924 a complètement changé sa vie.

À LIRE AUSSI CETTE SEMAINE

Encore un instant

Claude Sarraute, 
aux Éditions
 Flammarion, 
192 pages
Photo courtoisie
Claude Sarraute, aux Éditions Flammarion, 192 pages

À presque 90 ans, l’ex-­journaliste Claude Sarraute a repris la plume. Pour nous parler de tous les petits ­bobos qui l’empêchent ­désormais de profiter pleinement de la vie, pour nous décrire un ­quotidien où incontinence et pertes de mémoire n’ont plus rien d’exceptionnel. Et elle le fait avec tant d’humour et d’esprit qu’elle parvient ­pratiquement à nous ­réconcilier avec la vieillesse. Une lecture étonnamment ­revigorante.

Une autre vie

S. J. Watson, 
aux Éditions 
Pocket,
 542 pages
Photo courtoisie
S. J. Watson, aux Éditions Pocket, 542 pages

Après nous avoir offert l’excellent Avant d’aller dormir, l’écrivain britannique S. J. Watson a encore trouvé le moyen de nous faire passer quelques nuits blanches avec ce thriller, qui nous plonge cette fois dans la vie cauchemardesque de Julia Plummer: depuis que sa sœur a été assassinée dans un quartier malfamé de Paris, cette mère de famille a en effet entrepris d’écumer les sites de rencontre dans l’espoir d’y retrouver le tueur.

Votre santé sans risque

Dr Frédéric Saldmann, 
aux Éditions Albin 
Michel, 288 pages
Photo courtoisie
Dr Frédéric Saldmann, aux Éditions Albin Michel, 288 pages

Ayant déjà à son actif ­plusieurs bestsellers expliquant comment gagner des années de vie en modifiant simplement certaines habitudes, ce spécialiste de la ­médecine prédictive nous montre cette fois-ci à quel point il peut être facile de retrouver le sommeil, de stimuler sa libido, d’avoir un bien meilleur moral, de renforcer son système immunitaire ou de perdre du poids. À découvrir sans faute.

Le grand livre des jeux

Yann Caudal 
et coll., aux 
Éditions Prisma, 
424 pages
Photo courtoisie
Yann Caudal et coll., aux Éditions Prisma, 424 pages

Que l’on veuille s’amuser, occuper intelligemment ses temps libres ou accroître ses capacités intellectuelles, ce bouquin est une vraie mine d’or. Proposant plus de 250 jeux capables de faire travailler presque toutes nos ­petites cellules grises, il combine pour notre plus grand plaisir messages codés, charades, suites ­logiques, mots en escalier, mots pyramide, textes à trous ou tangrams.

FRISSONS GARANTIS

Fin de ronde
Stephen King
Aux Éditions Albin
 Michel, 432 pages
Photo courtoisie
Fin de ronde Stephen King Aux Éditions Albin Michel, 432 pages

Avec Mr Mercedes, premier volet d’une trilogie policière parue en 2015, Stephen King a réussi à nous tenir en haleine d’un bout à l’autre en racontant le sanglant parcours du psychopathe Brady Hartsfield. Et si Carnets noirs n’a pas réussi à en faire autant, les toutes dernières lignes de ce deuxième tome nous ont permis d’entrevoir une suite carrément démoniaque. Ce qu’on peut désormais confirmer, car même s’il semble croupir dans un état végétatif persistant depuis le jour où il s’est fait défoncer le crâne juste avant de tuer plusieurs centaines de jeunes, Brady Hartsfield a recouvré l’essentiel de ses esprits.

Grâce aux bons soins de son médecin traitant, qui a testé sur lui un traitement expérimental capable de transformer n’importe quel légume en génie de la télékinésie, Hartsfield peut désormais faire bouger des choses par la force de son esprit... ou entrer dans la tête des gens. Fidèle à lui-même, il occupera ainsi l’essentiel de son temps à pousser toutes les personnes avec lesquelles il peut mentalement entrer en contact à se suicider, son principal ennemi, un vieux flic retraité du nom de Bill Hodges, étant loin d’être au mieux de sa forme.

Un bon thriller. Le maître de l’horreur et du fantastique renoue ici avec ses anciennes amours.

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.