/finance
Navigation

Un site de recrutement pour les 50 ans et plus

Une entrepreneure veut aider les entreprises à trouver de la main-d’œuvre

Le site internet emploiretraite.ca, fondé par Julie Dufresne, est conçu pour les retraités qui veulent retourner au travail.
Photo martin chevalier, le journal de montréal Le site internet emploiretraite.ca, fondé par Julie Dufresne, est conçu pour les retraités qui veulent retourner au travail.

Coup d'oeil sur cet article

Une entrepreneure veut permettre aux retraités de retourner facilement sur le marché du travail et combler des besoins pour les entreprises en lançant un site de recrutement réservé aux 50 ans et plus.

«Il y a des gens super formés qui sont prêts à travailler à temps plein, à temps partiel ou à faire des horaires atypiques pour permettre à des entreprises de se développer et ainsi créer d’autres emplois pour les travailleurs plus jeunes», résume Julie Dufresne, fondatrice du site emploiretraite.ca.

Établir un lien

Un retraité sur trois au Canada reviendrait sur le marché du travail, et pour la moitié d’entre eux, ce serait en raison d’un manque d’argent, selon une étude parue en 2014.

L’entrepreneure de 37 ans veut établir un lien entre les gens de 50 à 68 ans, qui souhaitent changer de carrière ou retourner sur le marché du travail après la retraite, et les entreprises qui cherchent de la main-d’œuvre, souvent spécialisée.

Le site web, qui sera officiellement lancé ce soir à Montréal, regroupe des offres dans des domaines comme l’administration et la vente, mais aussi le tourisme, l’horticulture ou le transport.

Offres ciblées

Les candidats peuvent se créer un curriculum vitae en moins de 10 minutes et recevoir des offres ciblées par courriel, selon leurs intérêts.

«Les plateformes de recherche d’emploi qui existent ne sont pas adaptées pour cette clientèle. Ces gens ont besoin d’un emploi et possèdent une expertise qui pourrait être réutilisée dans des entreprises qui en ont besoin. Il y a des projets qui se perdent parce qu’il n’y a pas la main-d’œuvre nécessaire», insiste-t-elle.