/entertainment/comedy
Navigation

Ils remplissent leurs salles grâce à Facebook

De nombreux humoristes de la relève utilisent les réseaux sociaux pour promouvoir leurs spectacles

Coup d'oeil sur cet article

Samedi dernier, Alex Roof a joué dans un Club Soda rempli de 530 spectateurs. Alors que son nom n’est pas vraiment connu du grand public, l’humoriste a réussi à vendre des billets par centaines uniquement par le biais de Facebook. Et il est loin d’être le seul à se servir des réseaux sociaux pour se vendre.

Alex Roof, Jay Du Temple et Mathieu Cyr ne sont pas les humoristes que l’on invite spontanément pour des galas Juste pour rire. Pourtant, les trois ont tous récemment rempli leurs salles de spectacles grâce aux réseaux sociaux. Pour ces humoristes de la nouvelle génération, tout passe maintenant par le web.

«J’ai joué au Club Soda en septembre dernier, dit Jay Du Temple. C’était sold out avec 530 personnes. On a même refusé des gens. Les billets étaient vendus strictement par les réseaux sociaux. On n’avait pas envoyé de communiqué de presse aux médias.»

Pour Alex Roof, qui a lancé en mars 2014 sa websérie de caméras cachées, Pourquoi pas?, les réseaux sociaux sont les outils par excellence pour rejoindre les fans.

«J’ai 120 000 personnes qui sont abonnées à la page Facebook de Pourquoi pas?, dit-il. Sans cette base-là de gens, jamais ça n’aurait été possible de remplir le Club Soda.»

Lui qui est suivi par plus de 150 000 personnes sur Facebook, Mathieu Cyr mentionne avoir récemment rempli deux salles avec son spectacle Presque présentable uniquement après en avoir fait l’annonce sur le réseau social.

«Ce que j’aime du web, c’est que tu es avant tout ton propre patron, dit-il. Je suis super actif là-dessus. J’aime tester mon matériel. Quand j’écris une blague, la première version va sur Facebook.»

Tracer son chemin

Le web permet aussi aux humoristes de tracer leur propre chemin, selon Alex Roof. «Je suis reconnu en humour pour être la personne qui a pris un chemin différent des autres. J’ai fait l’École de l’humour en 2009. Après la tournée, je me suis demandé ce que je devais faire pour me faire connaître.»

Après avoir passé des années à jouer dans les bars, il trouvait l’idée de faire des vidéos avec caméras cachées. C’est là qu’est née la websérie Pourquoi pas?. «Je mets en ligne un prank (tour) à chaque lundi, depuis bientôt trois ans. Le buzz est devenu vraiment plus grand que prévu. Je n’ai pas fait ça pour remplir mes salles. Mais ç’a changé ma vie.»

Alex Roof

Photo Courtoisie

«Il y a beaucoup d’humoristes de la relève qui s’essaient sur le web. Pour faire sa place en humour, il n’y a plus un seul chemin comme c’était le cas dans les années 1990 et 2000.»

«On est entre 12 et 15 finissants de l’École nationale de l’humour à sortir à chaque année. Déjà après un an de la fin de ma cohorte, la moitié ne faisait plus d’humour. Quand tu sors de l’école, tu n’es pas dans la rue, mais tu dois développer par toi-même un côté entrepreneur. On ne nous apprend pas ça à l’école.»

«Auprès des 18 à 25 ans, je suis connu de 95 % des gens. Alors que chez les plus de 30 ans, je suis à 99 % anonyme.»

  • Âge: 29 ans
  • Abonnés Facebook: 53 000 sur sa page personnelle et 121 000 sur la page de Pourquoipas.ca.
  • Abonnés Instagram: 8 000 sur le compte de Pourquoipas.ca.
  • Abonnés YouTube: 4 000 sur le compte de Pourquoipas.ca.
  • Actualité: Il sera le 6 avril à La p’tite grenouille de Lévis.
  • Détails: alexroof.ca. On peut aussi suivre sa websérie au pourquoipas.ca.

Jay Du Temple

Photo Courtoisie

«Facebook est le réseau social que je vois le plus comme mon outil de travail. C’est là où je vends le plus de billets. Instagram, c’est pour divertir.»

«Je ne pense pas que les médias conventionnels ne sont plus nécessaires. Quand je fais une entrevue avec Le Journal de Montréal, je touche des gens différents.»

«T’as beau être populaire sur le web, quand tu passes à la télé, tu as un «stamp» de crédibilité. Quand tu joues à la télé, c’est là que tu sors de la relève.»

  • Âge: 25 ans
  • Abonnés Facebook: 43 000
  • Abonnés Instagram: 52 000
  • Abonnés Twitter: 3 000
  • Actualité: Il promène actuellement son Mini Tour dans différentes villes de la province.
  • Pour les dates: jaydutemple.com

Mathieu Cyr

Photo Courtoisie Quebecomm

«Je suis sorti de l’École nationale de l’humour en 2007 en même temps que François Bellefeuille, Louis T et Simon Gouache. À l’école, on ne parlait pas tant des réseaux sociaux.»

«Facebook est de loin mon réseau social préféré. Ça te permet d’aller n’importe où. J’ai fait pendant trois ans une émission pour les adultes à Télétoon (Slaque la cravate). Je pouvais faire à peu près ce que je voulais, mais il y avait quand même une petite censure. Sur le web, il n’y a pas de censure.»

«Sans les réseaux sociaux, ma carrière aurait été probablement différente. Je suis quelqu’un de mon époque là-dessus. Je suis un autodidacte.»

  • Âge: 40 ans
  • Abonnés Facebook: 150 000
  • Abonnés Instagram: 10 000
  • Abonnés Twitter: 6 000
  • Actualité: Il a terminé la tournée de Presque présentable. Il présentera son premier one-man-show officiel en 2018. mathieucyr.com

Inévitable pour les jeunes humoristes

La compétition en humour en 2017 est telle que bon nombre de comiques tentent de se démarquer sur les réseaux sociaux. Pour les jeunes humoristes qui n’ont pas la chance d’être propulsés par les médias traditionnels, les plateformes comme Facebook et Instagram deviennent d’intéressants terrains de jeu. Depuis quelques années, le web a créé quelques stars de l’humour, qui sont parfois totalement inconnues du grand public. Il ne suffit que d’aller faire un tour à Zoofest, au mois de juillet, pour constater le succès que connaissent certains jeunes comiques auprès des «millenials». Le Journal a questionné des humoristes de la nouvelle génération à propos de l’importance des réseaux sociaux dans leur jeune carrière. Voici ce qu’ils avaient à dire.

Julien Lacroix

Photo Courtoisie

«La game change un peu. Il y a beaucoup d’humoristes. Tout le monde essaie de se démarquer. Comme il y a peu d’élus, on fait notre promo tout seul. Il y a un autre public qui vient nous voir en show. Les jeunes ne vont pas nécessairement voir Lise Dion.»

«J’ai joué six ou sept fois déjà au Lion d’Or. J’ai aussi joué au Petit Champlain, à Québec. Sans le web, je n’aurais pu vendre mes billets. Je roule mon one-man-show sans avoir fait Tout le monde en parle ou des pubs dans le métro.»

  • Âge: 24 ans
  • Abonnés Facebook: 52 000
  • Abonnés YouTube: 6 000
  • Abonnés Instagram: 9 000
  • Actualité: Anime Les mardis du rire, tous les mardis à 19 h 30 et 21 h 30, au Bungalow, à Longueuil. Présentera son spectacle Voisiquement-moi le 22 avril, au Théâtre Petit Champlain de Québec.
  • Détails: phaneuf.ca/artistes/julien-lacroix

Louis T

Photo Courtoisie Félix Renaud

«Les réseaux sociaux, c’est pour le meilleur ou pour le pire. Ça fait partie de la vie, maintenant. Ils créent un lien avec le public. C’est le médium préféré des jeunes de la relève.»

«Ce qui m’a lancé, c’est Twitter. Je faisais des blagues sur l’actualité. Et comme c’est un réseau social beaucoup suivi par les médias, c’est ce qui m’avait lancé dans le milieu. D’ailleurs, à ce jour, j’ai plus de fans sur Twitter que sur Facebook.»

  • Âge: 34 ans
  • Abonnés Facebook: 32 000
  • Abonnés Twitter: 37 000
  • Actualité: Présentement en tournée pour son spectacle Objectivement parlant.
  • Détails: louist.ca

Arnaud Soly

Photo Courtoisie Mégane Voghell

«La force du web, c’est la spontanéité. C’est facile d’aller chercher un fan à Rimouski, un Français et un Belge dans la même seconde. Ça abolit les frontières. Aujourd’hui, si tu n’investis pas de ton temps dans le web, tu te fermes des portes.»

  • Âge: 27 ans
  • Abonnés Facebook: 11 000
  • Abonnés Instagram: 3 000
  • Actualité: À la barre des Jeudis stand-up au Terminal, les jeudis 20 h. Anime aussi Le solide guide, sur le site de VRAK, et Arnaud est dans le champ, sur le site de V.

Rosalie Vaillancourt

Photo Courtoisie

«J’ai fait un Facebook live de deux heures où je chantais des chansons de Noël. J’ai trouvé ça vraiment cool parce je n’avais pas nécessairement à écrire de matériel et les résultats étaient live. Mais je ne pense pas en faire souvent. C’est ben trop stressant. Je chantais Jingle Bells et je voyais que 500 personnes me regardais. Je trouvais ça complètement bizarre!»

«Les réseaux sociaux m’ont permis d’avoir une job. Mais je ne suis pas une «youtubeuse». Les youtubeurs sont plus proches de la conversation, de leurs expériences de vie. Quand je fais une vidéo, tout est écrit, tout est pensé précisément pour faire rire.»

  • Âge: 24 ans
  • Abonnés Facebook: 29 000
  • Abonnés Instagram: 11 000
  • Abonnés YouTube: 2 000
  • Actualité: Présentement en spectacle dans différents bars de la région de Montréal. Fait aussi partie de la distribution de Conseil de famille, à Télé-Québec, les jeudis 19 h 30.
  • Détails: gabaproductions.com/rosalievaillancourt.html

Pierre-Bruno Rivard

Photo Courtoisie Zoofest

«Mon podcast [Le Carré de sable] me donne une proximité avec le public que je n’avais pas avant. Les gens apprennent à me connaître plus. Quand ils viennent me voir en show, le feeling est différent.»

  • Âge: 29 ans
  • Abonnés Facebook: 7 000
  • Abonnés Twitter: 2 000
  • Abonnés Instagram: 2 000
  • Actualité: Fait partie de l’équipe d’Entrée principale, du lundi au vendredi, 16 h, à ICI Radio-Canada Télé. Son podcast, Le carré de sable, est disponible au lecarredesable. podbean.com/feed.
  • Détails: pierrebrunorivard.com