/investigations
Navigation

Le ministre D’Amour manque de jugement, selon la CAQ

Jean D Amour
Photo Simon Clark Le député Jean D’Amour n’a pas répondu aux questions, hier, à l’Assemblée nationale.

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | Le ministre Jean D’Amour est dans un «conflit d’intérêts flagrant» en employant à son bureau de comté une mairesse qui reçoit ses subventions, croit la CAQ.

Le chef caquiste François Legault estime que M. D’Amour a manqué de jugement en gardant à son service Anita Ouellet Castonguay, mairesse de Saint-Alexandre de Kamouraska.

«Ça n’a pas de bon sens. Il y a un conflit d’intérêts flagrant.»

M. D’Amour est ministre responsable de la région du Bas-Saint-Laurent, qui inclut la municipalité. Au début du mois, il lui a accordé une subvention de 192 871 $ pour la réfection de conduites d’eau, a révélé Le Journal dans son édition d’hier.

Dans les corridors de l’Assemblée nationale, hier, M. D’Amour a refusé de répondre aux journalistes concernant Mme Ouellet Castonguay, qui est son attachée politique depuis 2012.

Selon le chef caquiste, cette situation est aussi intolérable que celle de la chef bloquiste Martine Ouellet qui continue à siéger comme indépendante à l’Assemblée nationale.

«On avait le transparlementarisme entre Ottawa et Québec, maintenant, on a, avec le Parti libéral, le transparlementarisme entre le municipal puis le provincial. Ça n’a pas de bon sens.»

M. Legault a rejeté la défense de M. D’Amour, qui prétend avoir reçu l’autorisation du commissaire à l’éthique, Jacques St-Laurent. Le chef caquiste croit que M. St-Laurent applique la loi «de façon très réduite, sans en regarder parfois l’esprit».

LE PLQ RELATIVISE

Le premier ministre Philippe Couillard s’en est lui aussi remis au commissaire, en soulignant qu’il a «donné son accord verbal». «Il devrait faire rapidement parvenir un avis écrit, c’est à lui que revient cette décision.»

Le leader parlementaire du gouvernement, Jean-Marc Fournier, a affirmé que le cumul de fonctions de Martine Ouellet, qu’il dénonce, ne se compare pas à celui de l’attachée de M. D’Amour.

«Ce sont deux enjeux complètement différents.»

Le leader parlementaire péquiste Pascal Bérubé a affirmé que la situation de Mme Ouellet Castonguay est «inusitée».

«Si ce n’est pas possible de le faire, ce que je soupçonne, il faut que les règles soient claires pour tout le monde», a-t-il dit.