/news/politics
Navigation

Sklavounos participe à un brunch-bénéfice du PLQ

Il dit avoir payé son billet et n’a pas pris la parole

Gerry Sklavounos
Simon Clark/Agence QMI Le député indépendant de Laurier-Dorion Gerry Sklavounos.

Coup d'oeil sur cet article

Le député Gerry Sklavounos a dû s’acheter des billets pour assister à un cocktail de financement du Parti libéral dans sa circonscription de Laurier-Dorion.

Éjecté pour de bon du caucus libéral en février dernier, M. Sklavounos a tout de même participé samedi à un brunch-bénéfice organisé par son ancienne association de comté.

«J’ai payé un billet pour moi et ma conjointe, je me suis présenté et me suis assis à une table avec des membres de la communauté grecque qui étaient là. J’ai salué les gens qui sont venus me saluer, que je connaissais. J’ai mangé et je suis parti. Je n’étais pas invité, je n’ai pas pris la parole, je ne suis pas allé sur scène, je me suis présenté comme n’importe qui qui paierait son billet», a-t-il confié à notre Bureau parlementaire.

L’ex-élu libéral assure qu’il ne s’est pas présenté au Centre communautaire Lajeunesse avec un «agenda» politique caché. Il rappelle qu’il a travaillé pendant près d’une dizaine d’années avec les personnes qui œuvrent au sein de l’Association libérale de Laurier-Dorion et qu’il y a tissé des liens.

Au quartier général du PLQ, on précise que la présence de M. Sklavounos n’avait pas été sollicitée. «Que vous soyez membre ou non-membre du PLQ, cet événement est ouvert à tous», soutient le porte-parole, Maxime Roy.

Carte de membre expirée

Le député désormais indépendant de Laurier-Dorion n’est plus membre du PLQ. «Ma carte est expirée», précise Gerry Sklavounos.

De retour au travail depuis quelques semaines, il se concentre sur son travail de circonscription. Il n’a pas décidé s’il se représentera ou non lors des prochaines élections générales de 2018.

«J’ai une obligation envers mes citoyens. Je dois faire mon travail, je m’en vais à la rencontre de mes citoyens où je peux aller, pour le reste, il n’y a pas de décision de prise», a-t-il insisté.

Plus tôt cette année, le Directeur des poursuites criminelles et pénales a décidé de ne pas porter d’accusation contre le député de Laurier-Dorion, qui faisait face à des allégations d’agression sexuelle portées publiquement par la jeune Alice Paquet. Gerry Sklavounos n’a toutefois pas réintégré les rangs libéraux.