/finance/business
Navigation

Un parquet de 800 M$ chez Hydro-Québec

Il s’y transige des milliers de mégawatts en Amérique du Nord

visite du parque de transactions d'Hydro-Québec
Photo Ben Pelosse Actifs 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, les courtiers d’Hydro-Québec vendent et achètent de l’électricité un peu partout aux États-Unis et en Ontario.­­­

Coup d'oeil sur cet article

Chaque jour, Hydro-Québec négocie des milliers de mégawatts d’électricité en Amérique du Nord à partir d’un parquet de transactions spécialement aménagé à son siège social de la métropole. Le Journal l’a visité.

Le 18e étage de la tour Hydro-Québec vaut de l’or. L’an dernier, les 48 employés du parquet de transactions de la société d’État ont généré plus de 800 millions $ de profit à eux seuls.

«Avec 15 % du volume d’électricité d’Hydro-Québec, on génère 30 % du bénéfice», souligne le grand patron du parquet des transactions énergétiques de la société d’État, Simon Bergevin.

Actifs 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, les courtiers d’Hydro-Québec vendent et achètent de l’électricité un peu partout chez nos voisins du Sud et en Ontario.

«C’est comme à la Bourse. Chaque marché d’électricité est géré par un organisme indépendant. Nous, on soumet nos offres aux acheteurs et lorsqu’elles sont acceptées, on a une transaction», explique M. Bergevin.

Lors de notre passage, des courtiers d’Hydro-Québec surveillaient de près les marchés de la Nouvelle-Angleterre et de New York. Les prix étaient bons: il y a eu des transactions.

Il faut dire que les États américains limitrophes à celui du Québec achètent beaucoup de notre électricité disponible à toute heure du jour. Environ 75 % de nos exportations trouvent preneurs en Nouvelle-Angleterre et dans l’État de New York.

L’an dernier, Hydro-Québec dit avoir obtenu un prix moyen de 5 cents pour chaque kilowattheure vendu hors Québec.

Une affaire payante alors que chaque kilowattheure vendu à l’exportation coûte environ 2 cents à produire à Hydro-Québec actuellement.

Des produits uniques

Outre la vente en temps réel, Hydro-Québec dit avoir développé au fil des années une expertise dans la vente de produits énergétiques dérivés qui viennent alléger son niveau de risque.

Plus de 50 % de ses ventes actuelles proviennent de contrats à terme et d’options d’achats mis à la disposition de ses clients.

Rappelons que le Québec compte 15 interconnexions avec les États voisins qui lui permettent d’exporter jusqu’à 6000 mégawatts à l’heure.

Comment gère-t-on les surplus qu’on vend ?

Hydro-Québec dit gérer ses surplus d’électricité de façon conservatrice. «Notre priorité est de combler d’abord les besoins du Québec», souligne le directeur du parquet énergétique, Simon Bergevin. D’ici 2030, Hydro-Québec entend augmenter de 600 millions $ les profits nets de ses exportations.

Qui sont les gros clients d’Hydro-Québec ?

Les plus gros clients d’Hydro-Québec sont au sud de la frontière. Les États de la Nouvelle-Angleterre achètent 50 % de nos exportations. L’État de New York est aussi un gros acheteur avec 25 % des achats. L’Ontario et le Nouveau-Brunswick (20 %) sont les autres clients majeurs.

Qu’est-ce qu’un produit énergétique dérivé ?

En plus de vendre en temps réel son électricité, Hydro-Québec vend aussi des contrats dits à terme. Hydro-Québec fixe ainsi d’avance un prix et une quantité d’énergie à livrer à une date déterminée. Ces temps-ci, des clients achètent des contrats à terme pour l’année 2019.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.