/news/politics
Navigation

Le sous-ministre au transport doit sa nomination à ses affinités libérales, dit l’opposition

Le sous-ministre au transport doit sa nomination à ses affinités libérales, dit l’opposition
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Le sous-ministre au Transport doit sa carrière à ses affinités libérale et n’a pas les compétences pour diriger la destinée du principal donneur d’ouvrage au Québec, croient les partis d’opposition.

«Quand on regarde le C.V. de Marc Lacroix : formation en éducation, pas en administration. Premier travail : cabinets de différents ministres du Parti libéral. Ensuite, membre de l'organisation électorale du Parti libéral, et ensuite, le gouvernement libéral l'a intégré à la fonction publique [...] À part son allégeance politique libérale, quelles sont les compétences de M. Lacroix?», a dénoncé le chef caquiste François Legault jeudi lors de la période de questions.

M. Legault croit que le sous-ministre Lacroix n’a pas les compétences pour remettre à flot le paquebot du MTQ, affligé par une lourde bureaucratie le rendant incapable d’assurer la saine gestion des contrats publics, selon un rapport de la vérificatrice générale publié mercredi.

La veille, le député péquiste Pascal Bérubé critiquait aussi M. Lacroix, qui a succédé à Dominique Savoie, dégommé après des révélations sur des pratiques douteuses au sein du MTQ.

«En panique, le gouvernement libéral a changé le sous-ministre aux Transports, et on a pris qui pour le remplacer? Marc Lacroix, une nomination partisane qui provient de la filière libérale», a-t-il déploré.

Le ministre des Transports Laurent Lessard s’est porté à la défense du haut fonctionnaire, qui a «toute sa confiance». «Il a été au ministère du Conseil exécutif, au Secrétariat du Conseil du trésor, au ministère des Affaires municipales, des Communautés culturelles, etc. Il a gagné, lui, hein, à la tête de la Régie des rentes du Québec, le premier prix d'une instance publique sur les grands prix de la qualité», a-t-il lancé en réponse à M. Legault.

Cette défense n’a pas impressionné le chef caquiste : «je trouve ça inquiétant que le ministre des Transports ne fasse pas la différence avec la gestion de contrats de milliards de dollars puis des fonctions qui lui ont été données essentiellement parce qu'il est libéral», a-t-il pesté.