/advertorial
Navigation

L’entretien d’un véhicule de chantier

Coup d'oeil sur cet article

L'entretien d'un véhicule de chantier est important à plus d'un titre pour la prévention des pannes ou des accidents, sa longévité, votre sécurité, mais aussi contre la pollution. Quels sont donc les principaux postes à vérifier régulièrement ?

1) Le nettoyage pour une bonne visibilité

Garant de votre sécurité et de celle des autres, le nettoyage régulier des vitres est essentiel. Les essuie-glaces doivent être en parfait état de fonctionnement. Il convient d'ailleurs de les changer à chaque changement de saison. Les caoutchoucs sont soumis à l'épreuve de la chaleur l'été et du gel l'hiver, ils sèchent et se craquellent et sont bien moins efficaces.

Côté lumière, vos feux doivent être propres et vous devez contrôler le système d'éclairage en procédant à des essais quotidiens pour voir, mais aussi être vus.

2) Le niveau des liquides pour la protection du moteur

Le contrôle des niveaux concerne l'huile pour le moteur, mais aussi le système de freins hydrauliques. Conformez-vous à la notice du constructeur pour les composants à utiliser, notamment pour le graissage et la lubrification des différentes pièces. Vous préviendrez ainsi tout risque de panne et d'immobilisation de votre véhicule le temps de la réparation.

 3) La prévention des pneumatiques

Une inspection hebdomadaire est conseillée pour vérifier leur état, mais aussi leur pression ainsi que la bande de roulement. Une inspection visuelle chaque matin est recommandée avant votre départ. En cas d'usure, et pour vous garantir une bonne longévité, optez pour des pneus de qualité pour tout véhicule de chantier de marque Daewo.

4) La mécanique

Les systèmes de charge et de direction à système hydraulique doivent être entretenus systématiquement tout autant que les suspensions et le cadre de châssis. Il en va de l'équilibre du véhicule. Les accidents se produisent par défaut de prévention.

5) La pollution : une question sanitaire

Votre véhicule doit obligatoirement être doté d'un système anti-pollution. Au-delà de la question environnementale et sanitaire, vous économiserez en plus jusqu'à 15 % de carburant ! Une source d'économie non négligeable pour une entreprise.

Un programme d'inspection et d'entretien a été mis en place au Québec. Il vise à réduire la production des gaz à effet de serre, mais aussi des hydrocarbures, du monoxyde de carbone, des oxydes d'azote et des particules fines. Celles-ci se logent très profondément dans les poumons et sont responsables de maladies respiratoires graves. Ce programme contribue donc à améliorer la qualité de l'air.

Si votre véhicule dégage une forte odeur ou produit de la fumée noire, vous pouvez être soumis à un contrôle routier réalisé par la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ). En cas d'infraction à la réglementation, vous serez verbalisé et aurez de toute façon l'obligation de faire réparer. Autant prendre les mesures qui s'imposent en amont.

À titre préventif, vérifiez donc les gaz d'échappement. Il vous faut aussi faire ajuster régulièrement la pompe du carburant et les soupapes, nettoyer les injecteurs et le carter. Vérifiez également le système d'admission d'air et le turbocompresseur. Enfin, entretenez le système de refroidissement.

Un véhicule de chantier doit être lavé régulièrement. Mais sa carrosserie a accumulé des graisses, des huiles et des produits lubrifiants. L'eau qui s'en écoule est donc une source de pollution pour les sols et  très toxique pour la faune. Ne lavez donc jamais votre véhicule près d'une zone humide, mais plutôt dans une aire de nettoyage prévue à cet effet. Généralement, elle dispose d'un bassin de décantation, de traitement et de filtration.

La maintenance des véhicules de chantier doit toujours être réalisée dans une zone étanche. C'est une simple question de bon sens, mais aussi une démarche citoyenne.