/finance/pme
Navigation

À l’assaut des parcs d’attractions

Les systèmes de Triotech divertissent des millions de personnes dans le monde

Ernest Yale
Photo Pierre-Paul Poulin Ernest Yale, président fondateur de Triotech.

Coup d'oeil sur cet article

Triotech vend ses attractions interactives dans 50 pays, après avoir misé sur le bon cheval... et le bon produit.

Un jour, en 2014, Ernest Yale a fait un calcul simple: pour un parc Disney, il y a dix parcs de divertissement régionaux dans le monde. Qui aspirent à offrir des attractions interactives et immersives, mais n’ont pas les moyens du géant du divertissement.

Alors, pourquoi ne pas leur vendre un tel produit, à prix abordable, et clé en main?

Il avait les moyens de ses ambitions. Son entreprise avait pris, quelques années plus tôt, le virage immersif et produisait déjà des «sièges qui bougent», notamment pour le parc Canada Wonderland.

Le marché des parcs régionaux est en pleine expansion, notamment en Asie, dit Ernest Yale. Son ambition est de vendre une dizaine de nouvelles attractions par année, valant quelque 10 millions $, en plus des centaines dédiées au marché des arcades ou des parcs intérieurs.

Les attractions de Triotech, dont le siège social est à Montréal et l’usine de fabrication à Joliette, sont aujourd’hui installées dans une cinquantaine de pays et ont été expérimentées par plus de 75 millions de personnes.

Elle prévoit une augmentation de son chiffre d’affaires de 30 % cette année, comme c’est le cas depuis 4 ans. Les fonds d’investissement l’aiment: la Caisse de dépôt et placement du Québec ainsi que le Fonds de solidarité FTQ lui ont chacun versé 40 millions $ de dollars l’an dernier.

Inspirée par le Cirque du Soleil

En 2017, Triotech a décidé d’élargir son modèle d’affaires en devenant copropriétaire de deux attractions qu’elle aura développées, fabriquées et installées.

«On passe de manufacturier à opérateur partenaire, dit Ernest Yale, et de vendeur d’attraction à vendeur de billets. C’est un changement majeur pour nous.»

Triotech a acheté la licence pour Fear the Walking Dead, qui sera présenté à Las Vegas, et celle pour The Flyer, présenté à San Francisco. «À chaque billet vendu, explique Ernest Yale, on va toucher de l’argent, sur le modèle du Cirque du Soleil.»

Il vient d’ailleurs d’embaucher un ex-dirigeant du Cirque afin de faire ce virage majeur.

Triotech

  • Nombre d’employés : 200
  • Siège social : Montréal, centre de fabrication à Joliette, et bureaux en Chine, au Royaume-Uni et aux États-Unis.
  • Actionnaires: Ernest Yale, et des fonds d’investissement.