/weekend
Navigation

Le grand Duke Ellington et le blues de Jordan Officer

Le grand Duke Ellington et le blues de Jordan Officer
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

En ces semaines où il fait bon rester au chaud, nous vous offrons ­l’occasion de redécouvrir l’univers du chef d’orchestre et compositeur Duke Ellington.

Avec sept disques, plus un DVD dans lequel il conduit ses troupes devant public, le travail ­accompli fut colossal. Jeudi 6 avril, le guitariste chanteur Jordan Offi­cer reprendra du service avec Blues Skies, entre le blues et le ­rockabilly, le tout parsemé ­d’effluves country. Ce jeune homme a un énorme talent.

Le grand Duke Ellington et le blues de Jordan Officer
Photo courtoisie

Avec l’arrivée de l’écoute en ligne et la chute inévitable de l’achat de disques compacts, les coffrets se font de plus en plus rares. Pourtant, un petit miracle est apparu la semaine dernière avec un tout Ellington ou presque. Dans un long boitier gorgé de merveilles, et tout cela à prix fort raisonnable, «le peintre des atmos­phères», soit Duke Ellington, est venu mettre un peu de lumière pour combattre le froid mordant. Contrairement, à bien des reprises, le ­Duke Box 2 est un assemblage d’époque qui va de 1952 à 1971. Si la plupart des titres sont connus, ainsi que l’équipage d’une étonnante stabilité, le plaisir est constamment renouvelé. De Milan au mythique Birdland ou dans les studios Pathé à Paris, c’est l’histoire du jazz qui s’écrivait. Si nous retrouvons les classiques que furent Satin Doll, Take The A Train (indicatif de l’orchestre), Blood Count en hommage à son acolyte Billy Strayhorn, la modernité nous «frappe» de plein fouet avec le Togo Brava Suite. Un coffret que nous qualifierons d’essentiel.

Sous le ciel de Jordan

Au mois de mars 2016, nous étions ­présents lorsque le guitariste et chanteur Jordan Officer présentait son dernier-né: Blues Skies. Loin du swing qu’il pratiquait avec la chanteuse Suzie Arioli, l’audacieux et sympathique jeune homme a livré une prestation sans failles, musclée, qui fit le bonheur des amateurs de blues, rock et rockabilly ainsi que de country. Si vous désirez oublier les tracas de l’hiver, Jordan Officer sera à L’Astral le jeudi 6 avril. Un petit bonheur, croyez-en votre journaliste!

Johanna Sillanpaa

  • ★★★★
Le grand Duke Ellington et le blues de Jordan Officer
Photo courtoisie

From The Side - Chronograph Records

Si vous aimez les chanteuses à la voix souple et parfois chatoyante, cette nouveauté trouvera certainement le chemin de votre discothèque. Inconnue au bataillon pour l’instant, la Torontoise Johanna Sillanpaa nous offre en 12 plages un tour de chant où se côtoient les standards et trois compositions personnelles. Accompagnée par une solide équipe, dont la trompettiste vedette Ingrid Jensen, elle revisite de façon intelligente l’univers du jazz, sans que cela soit trop emprunté. Après deux écoutes attentives, nous convenons que cette jeune dame a beaucoup de talent et un joli sens du swing.

3 concerts à surveiller

25 mars – 21 h

Au Dièse Onze

  • Jim Hillman, batteur
  • Mikhaelle Salazar, ­chanteuse et violoniste
  • David Ryshpan, pianiste
  • Samuel Cournoyer, contrebassiste

25 mars – 19 h et 21 H 45

Au Upstairs

  • Hommage à Miles Davis
  • Kind of Blue
  • Ron Di Lauro, trompettiste, et son sextet

31 mars – 21 h

Au Dièse Onze

  • Yannick Rieu, saxophoniste ténor et soprano, et son quartette