/news/politics
Navigation

Les français en crise de confiance

La gauche et la droite n’arrivent plus à séduire les électeurs de l’Hexagone

Coup d'oeil sur cet article

Après deux présidents jugés décevants, la France traverse une crise de confiance envers les partis traditionnels, et plusieurs scandales minent l'élection présidentielle de 2017 qui pourrait se conclure par un résultat inédit.

«Les partis traditionnels dominants sont contestés. La crise est manifeste. Les gens n'adhèrent plus en bloc à des partis politiques ou à des idéologies», mentionne Eric Montigny, de la Chaire de recherche sur la démocratie et les institutions parlementaires de l'Université Laval.

De l'autre côté de l'Atlantique, un expert est d’accord avec cette lecture.

«Cette crise est très ancienne, mais la nouvelle dimension est que les partis n'arriveront pas à se qualifier pour le 2e tour. Sarkozy et Hollande, c'est la déception. Les citoyens sont également déçus par les scandales qui se multiplient», précise Pascal Jan, professeur de droit constitutionnel à Sciences Po Bordeaux.

Le Pen au deuxième tour

Les différents experts s'entendent pour dire que Marine Le Pen possède d'excellentes chances d'accéder au second tour. Pour la victoire finale, c'est autre chose.

En 2002, son père Jean-Marie Le Pen est devenu le premier candidat d'extrême droite à se qualifier pour le second tour d'une élection présidentielle.

«Elle n'a aucune chance d'être élue présidente. Le parallèle avec Donald Trump est trop simpliste. Le système est différent, on ne peut pas comparer», ajoute M. Jan.

Pour Louis Massicotte, professeur au département de sciences politiques de l'Université Laval, la réponse n'est pas aussi catégorique.

«On n'a que des surprises depuis le début. On pense que ses chances sont très minces, mais il faut faire attention. On s'est trompé avec le Brexit, on s'est trompé avec Trump. Il faut considérer que l'élection de Marine Le Pen n'est pas impossible.»

Selon lui, Sarkozy a été miné par la crise économique. «On ne peut pas dire que c'était une grande présidence, et Hollande est probablement le plus insignifiant de toute la Cinquième République.»

Même en rejetant la gauche et la droite, les Français pourraient encore se retrouver avec pire.

«Le Pen pourrait être une présidente très problématique. C'est une révolution. Ça risque de lancer l'Europe dans des secousses», termine le professeur.

Macron président ?

Pour l'ancienne ministre québécoise Louise Beaudoin, qui possède aussi la nationalité française, la France se dirige plutôt vers une possible victoire du candidat le plus jeune, Emmanuel Macron.

«Fillon ne s'en sortira pas. Il est cuit. Le climat est morose en France, mais Macron ne promet pas une rupture.»

«Macron a de sérieuses chances de passer au 2e tour et d'être président», croit aussi Pascal Jan.

En France, une soirée électorale ne ressemble en rien à celles du Québec ou du Canada.

Sans suspense ni tendance à analyser, les résultats sortent d'un seul coup à l'heure prévue.

 

Les cinq principauxcandidats

 

Le lundi 20 mars, les cinq candidats les mieux placés dans les sondages, François Fillon, Benoît Hamon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon ont débattu sur les ondes de TF1.

Les six autres candidats — Nicolas Dupont-Aignan, Nathalie Arthaud, Philippe Poutou, Jacques Cheminade, Jean Lassalle, François Asselineau — ont été exclus.

Marine Le Pen

48 ans

Photo AFP
  • Front national (FN)
  • Candidate la plus à droite sur l'échiquier
♦ À la présidentielle de 2012, elle termine 3e au 1er tour avec 17,90 % des voix.

♦ Elle figure sur la liste du Time des cent personnes les plus influentes au monde en 2015.

Marine Le Pen est sommée de rembourser au Parlement européen 340 000 euros au motif que des salaires auraient été payés à des assistants fantômes.

François Fillon

63 ans

Photo AFP
  • Les Républicains (LR)
  • Candidat de la droite

♦ Premier ministre de 2007 à 2012 sous Nicolas Sarkozy

♦ En novembre 2016, il a battu Alain Juppé pour devenir candidat.

François Fillon est mis en examen notamment pour détournement de fonds publics dans le cadre de l'affaire dite "Penelopegate", qui vise sa femme, Penelope Fillon.

Emmanuel Macron

39 ans

Photo AFP
  • Mouvement En marche !
  • Ancien haut fonctionnaire et banquier

♦ Candidat le plus au centre

♦ Ancien ministre de l'Économie

Emmanuel Macron est attaqué après ses propos, en Algérie, sur la colonisation.

Jean-Luc Mélenchon

65 ans

Photo AFP
  • Mouvement La France insoumise
  • Le plus à gauche sur l'échiquier

♦ Soutenu assez largement par les communistes

♦ À la présidentielle de 2012, il termine au 4e rang avec 11,1 % au 1er tour.

Jean-Luc Mélenchon suscite la controverse avec certaines déclarations sur la Russie. Ses relations avec la presse sontplutôt mauvaises et les accrochages, nombreux.

Benoît Hamon

49 ans

Photo AFP
  • Parti socialiste
  • Ancien député et ministre
  • Identifié à la gauche
♦ Selon les experts, il affiche très peu de différences avec Jean-Luc Mélenchon

Benoît Hamon a été mis en examen pour injure publique en décembre dernier. La plainte n'a débouché sur aucune enquête.

L’élection en bref

♦ 45 millions d’électeurs français sont appelés aux urnes le 7 mai pour trouver un successeur à François Hollande.

♦ Le 1er tour de scrutin est le dimanche 23 avril 2017.

♦ Le 2e tour est le dimanche 7 mai 2017.

♦ Le mandat du futur président est de cinq ans.

♦ Les Français votent pour le président par suffrage universel direct.

♦ Le nombre de candidats est illimité au 1er tour.

♦ Si aucun n’obtient plus de 50 % des voix, un 2e tour est nécessaire avec les deux candidats les mieux placés.

♦ Depuis 1965, un 2e tour a toujours eu lieu.

♦ Les Français votent à nouveau deux semaines plus tard et le vainqueur sera annoncé vers 20 h le 7 mai.

Un nouveau premier ministre aussi

♦ En France, le pouvoir exécutif est partagé entre le président et son premier ministre.

♦ Les élections législatives ont lieu après la présidentielle, les 11 et 18 juin 2017.

♦ Un nouveau gouvernement sera nommé.

♦ Le premier ministre sortant, Bernard Cazeneuve, ne se représente pas.