/news/politics
Navigation

Le «jupon» de Lisée dépasse, disent les jeunes libéraux

Jonathan Marleau, président CJPLQ
Photo d'archives Le président de la Commission-Jeunesse du Parti libéral du Québec, Jonathan Marleau.

Coup d'oeil sur cet article

Avec sa sortie sur le racisme lundi, Jean-François Lisée cherche à gagner des votes en misant sur la division des Québécois, estiment les jeunes libéraux.

En entrevue avec notre Bureau parlementaire, le chef du Parti québécois a qualifié la consultation sur le racisme et la discrimination systémique, récemment annoncée par le gouvernement Couillard, de «procès» fait aux Québécois.

Pour le président de la Commission-Jeunesse du Parti libéral du Québec, où l’idée d’une consultation a germé l’été dernier, le chef péquiste rejoue la carte identitaire qui lui a permis de remporter la course à la chefferie.

«Il essaie de gagner des votes en parlant de division, d’exclusion, lance Jonathan Marleau. Nous, on veut parler d’inclusion, de consensus.»

«La vie des Québécois issus de la diversité, qui vivent tous ces défis-là, est plus importante qu’une stratégie électorale», ajoute-t-il.

Malhabile

Bien qu’il soit la principale cible des attaques de Jean-François Lisée, Philippe Couillard s’est fait avare de commentaires, lundi. «Monsieur Lisée, de façon un peu malhabile, veut changer le sujet, estime le premier ministre. Le sujet, c’est le budget, c’est l’éducation, c’est la formation.»

Amir Khadir, lui, craint que cette sortie nuise au mouvement souverainiste. «Ne donnons pas aux libéraux encore l’opportunité de dépeindre le mouvement indépendantiste comme un mouvement replié, défensif, qui se sent toujours attaqué», dit le député solidaire.

Legault d’accord avec Lisée

Le chef de la CAQ, lui, a plutôt abondé dans le même sens que Jean-François Lisée. «Ce n’est pas d’être racistes de vouloir défendre notre langue et nos valeurs», a-t-il lancé en marge d’un point de presse.

«De dire qu’il y a un racisme systémique : moi je n’embarque pas là-dedans, a-t-il ajouté. Il n’y a pas de système pour que les gens détestent les immigrants.»