/news/currentevents
Navigation

Des employés aux profils inquiétants à l’aéroport

Certains travailleurs de Montréal-Trudeau présentent des signes de radicalisation

C’est la police de Montréal qui assure la sécurité armée à l’aéroport. Six agents sont sur place en tout temps, mais seulement trois sont disponibles pour patrouiller dans toute l’aérogare et, dans la pratique, ce sont souvent deux agents qui sont mobiles.
capture d’écran TVA C’est la police de Montréal qui assure la sécurité armée à l’aéroport. Six agents sont sur place en tout temps, mais seulement trois sont disponibles pour patrouiller dans toute l’aérogare et, dans la pratique, ce sont souvent deux agents qui sont mobiles.

Coup d'oeil sur cet article

L’aéroport Montréal-Trudeau est aux prises avec des employés qui présentent des signes de radicalisa­tion, dont un qui vient de se faire muter loin des pistes à cause des risques qu’il présentait.

Voici des exemples qu’ont découvert notre Bureau d’enquête et l’émission J.E. au cours des derniers mois:

  • Quatre employés se sont fait retirer leur accès à la zone sécurisée par mesure de précaution.
  • Au moins trois de ces individus (deux travaillent toujours à l’aéroport) affichent un profil qui inquiète la police.
  • Certains ont visité des sites internet pro-État islamique (Daesh), diffusé de la propagande sur les réseaux sociaux, consulté une quantité anormale de documents traitant d’armes ou d’explosifs (voir ci-dessous).
  • Sur les quatre autorisations sécuritaires retirées, une l’a été après qu’un employé de l’aéroport ayant accès à la zone sécurisée eut suggéré de commettre des attentats similaires à ceux qui ont eu lieu à Paris le 13 novembre 2015.
  • Deux autres cartes ont été confisquées parce que les travailleurs avaient des problèmes psychiatriques qui mettaient la sécu­rité des activités aéroportuaires en danger.

« Préoccupant »

Pour le directeur adjoint du SPVM Patri­ck Lalonde, un des responsables de la lutte antiterroriste au Québec, ces informations sont «préoccupantes».

«Le SPVM et ses partenaires travaillent chaque jour à évaluer la menace et à la contrer», dit-il.

Marcel Savard, ancien responsable de la lutte antiterrorisme à la Sûreté du Québec, s’est aussi montré inquiet de la situation.

«Ce qui m’inquiète, dit-il, c’est la position stratégique qu’occupent ces personnes.»

«On a une préoccupation envers tous les types de menaces, la radicalisation en est une», note pour sa part Pierre-Paul Pharand, vice-président aux infrastructures aéroportuaires chez Aéroports de Montréal (ADM), dans un repor­tage qui sera présenté ce soir sur les ondes de TVA.

Cet ancien militaire veille à la sécurité des 16 millions de passagers qui passent à l’aéroport chaque année. Il soutient que son organisation prend la situation au sérieux.

«Chaque fois qu’il y a des enjeux liés à la radicalisation, dit-il, nous agissons avec nos partenaires.»

«J’en connais (des employés) qui sont arrivés au Canada depuis seulement deux mois et qui travaillent déjà autour des avions ou dans la salle des bagages», a dit un employé de l’aéroport qui a côtoyé certains de ces individus et qui a requis l’anonymat.

Filature numérique

Selon nos informations, les escouades spécialisées en matière de sécurité nationale ont abordé à plusieurs reprises la «problématique» de Montréal-Trudeau.

Si, autrefois, on comptait sur la bonne vieille technique de la filature physique, les façons de faire se raffinent: la filature est aujourd’hui numérique. C’est cette nouvelle technologie qui a été utilisée par notre Bureau d’enquête au cours des huit derniers mois pour identifier les individus à risque.

«Il faut chercher à connaître l’empreinte numérique précise de ces individus-là. Ça va nous permettre de savoir jusqu’à quel point l’individu est en progression et représente un risque», explique Marcel Savard.

Cette émission de J.E. sera présentée ce soir à 19 h 30 sur les ondes de TVA.

Deux des employés préoccupants

PROFIL 1
  • Cet employé occupait un poste stratégique lui donnant un accès direct aux pistes et aux avions garés autour de l’aérogare.
  • L’enquête policière a démontré qu’il consultait régulièrement des sites pro-Daesh vantant la montée en puissance de l’organisation terroriste.
  • En poussant plus loin leurs recherches, les enquêteurs ont même découvert qu’il s’était procuré une quantité impressionnante de livres et de documentation sur des armes d’assaut de calibre mili­taire.
  • Les autorités ont muté l’individu à un autre poste, loin des pistes, des avions et en dehors de la zone sécurisée.
PROFIL 2
  • Identifié par l’équipe de J.E., il est originaire d’Afrique du Nord. Il y a quelques mois à peine, il vivait encore dans la région de Montréal.
  • Il a diffusé sur sa page Face­book une vidéo de propagande de Daesh. On y voit des meurtres en direct être commis dans la ville de Mossoul et des passants abattus à bout pourtant par des membres de l’État islamique.
  • L’individu paraît soutenir les idées de la communauté des Frères musulmans, une organisation islamiste à l'origine de plusieurs mouvements considérés comme des organisations terroristes, comme le Hamas palestinien. 
  • Nos recherches montrent que le suspect soutient le régi­me de l’ex-président de l’Égypte, Mohamed Morsi, chassé du pouvoir par l'armée après des manifestations monstres contre ses politiques islamistes en 2013.
  • L’homme semble avoir quitté le Canada depuis quelques mois, mais pourrait entretenir des liens avec des employés d’Aéroports de Montréal ayant accès aux zones sécurisées.

 

Brèves

Communiquez avec Félix Séguin en toute confidentialité

► 514-742-5852

felix.seguin@tva.ca