/sports/baseball
Navigation

John Gibbons est l'homme de la situation

ALCS - Cleveland Indians v Toronto Blue Jays - Game Five
Photo d'archives, AFP John Gibbons

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – À quelques heures de leur dernier match préparatoire, les Blue Jays de Toronto ont confirmé la rumeur des dernières semaines voulant que le gérant John Gibbons ait obtenu une prolongation de contrat.

L’entente officialisée samedi est d’une durée de deux ans et contient une année d’option.

«Je suis très heureux! C’est sûr que tout gérant cherche à obtenir de la sécurité à long terme», a mentionné l’homme de 54 ans lorsqu’il a rencontré les médias peu avant la rencontre.

«La sécurité peut être une bonne chose ou parfois une mauvaise. Certaines personnes pourraient prendre leur place pour acquise. Ce ne sera certainement pas mon cas», a-t-il assuré.

Passer au prochain niveau

Le coloré gérant, qui en est à son deuxième séjour à la barre de l’équipe ontarienne, a mené les Jays en 2015 à une première présence en éliminatoires en 22 ans. Il espère maintenant pouvoir guider sa troupe jusqu’au sommet, après avoir subi l’élimination en finale de la Ligue américaine au cours des deux dernières saisons.

«Notre but ultime est de remporter le championnat et même plus. Nous sommes passés près de la Série mondiale au cours des dernières années et on veut la gagner», a ajouté Gibbons.

Respect mutuel

Le directeur général des Jays, Ross Atkins, n’a pas tari d’éloges à l’endroit de Gibbons, avec qui il entretient une excellente relation.

«Nous croyons que c’était la bonne décision à prendre pour l’organisation et nous ne pourrions être plus heureux d’être ici aujourd’hui à parler de John Gibbons en tant que leader des Blue Jays», a souligné Atkins en conférence de presse au Stade olympique.

«John est quelqu’un avec qui nous adorons tous travailler.»

Atkins est débarqué dans la Ville Reine en décembre 2015, remplaçant le Montréalais Alex Anthopoulos. Plutôt que de choisir un nouveau gérant, il a opté pour la stabilité.

«J’avais une bonne relation avec Alex, mais ç’a tout de suite cliqué avec Ross», a admis Gibbons.