/news/society
Navigation

De l’alcool dans un centre funéraire de Québec

La Coopérative funéraire des Deux Rives a ouvert un café-bar, une première dans la capitale

Journee porte ouverte nouveau complexe funeraire, Centre funeraire Saint Charles, 1420, boulevard Wilfrid Hamel, Quebec, 2 avril 2017. PASCAL HUOT/JOURNAL DE QUEBEC/AGENCE QMI
photo Pascal Huot La barmaid Marie-Odile Belley était derrière le comptoir du nouveau café-bar du centre funéraire, hier, à l’occasion de la journée portes ouvertes.

Coup d'oeil sur cet article

Un premier centre funéraire de Québec offre de l’alcool aux endeuillés dans le café-bar aménagé à l’intérieur de l’établissement.

Il est maintenant possible de s’agenouiller devant la dépouille d’un défunt et d’aller boire un verre de vin dans le même immeuble, au nouveau centre funéraire Saint-Charles, sur le boulevard Wilfrid-Hamel. «Tout se fait dans un même lieu, c’est la grosse tendance», dit le directeur général de la Coopérative funéraire des Deux Rives Garry Lavoie.

Le centre funéraire a son permis d’alcool depuis le mois de janvier et peut ainsi faire rouler le café-bar d’une quinzaine de places, une première dans la région de la Capitale-Nationale. «On a engagé un avocat spécialisé parce que ce n’est pas monnaie courante, mais ça n’a pas été compliqué d’avoir le permis», poursuit M. Lavoie.

On y vend différents vins et bières de microbrasseries, mais pas d’alcool fort pour le moment. L’offre sera ajustée en fonction de la demande.

Le permis permet aussi de servir de l’alcool dans la salle de réception, à l’intérieur du salon funéraire.

Émotions

Le directeur général admet que l’alcool peut rendre les endeuillés encore plus vulnérables, tandis qu’ils sont souvent en manque de sommeil à la suite du départ d’un être cher.

«C’est possible. Si ça se produit, on aura à gérer ça, à s’assurer que la personne ne prenne pas la route. Mais sa famille est autour d’elle, elle n’est pas seule», dit-il, lui-même un ancien barman.

Baby-boomers

Selon M Lavoie, la mise en place du café-bar répond à un besoin des baby-boomers, qui seront les prochains à recourir aux services du centre funéraire.

«Le consommateur veut un package deal, un clé en main», dit-il.

Le bar ne fermera pas à 3 h du matin et l’ambiance ne sera pas à la fête.

Toutefois, si une cérémonie se termine à 22 h, le bar pourrait rester ouvert jusqu’à minuit s’il y a des clients.