/news/politics
Navigation

Denis Coderre disait payer de sa poche les frais judiciaires en 2010

Lors d’une entrevue à l’émission Les Francs-tireurs diffusée en 2010, Denis Coderre assurait qu’il payait de sa poche ses frais d’avocats dans le dossier Shane Doan.
Photo courtoisie Lors d’une entrevue à l’émission Les Francs-tireurs diffusée en 2010, Denis Coderre assurait qu’il payait de sa poche ses frais d’avocats dans le dossier Shane Doan.

Coup d'oeil sur cet article

Dix-huit mois avant d’accepter un chèque de 25 000 $ pour régler les frais d’avocats dans sa poursuite contre le hockeyeur Shane Doan, Denis Coderre disait payer les procédures judiciaires de sa poche.

En 2010, alors qu’il était député fédéral, Coderre a accordé une entrevue au journaliste Patrick Lagacé, de l’émission Les Francs-tireurs. Il insistait alors sur le caractère privé de sa poursuite contre le hockeyeur Shane Doan.

«Je te le dirai pas... parce que c’est privé, c’est des dépenses... pis j’embarquerai pas là-dedans là», répondait-il à l’animateur lorsque ce dernier lui a deman­dé combien l’aventure lui avait coûté.

Finalement, en 2012, Coderre a encaissé un chèque personnel émis par le riche homme d’affaires Jean Rizzuto (aucun lien avec la famille mafieuse du même nom). Dix-sept jours plus tard, il faisait un chèque d’un montant équivalent, soit 25 000 $, à l’intention de Fasken Martineau, son cabinet d’avocat.

Hier, il a admis ne pas avoir déclaré publi­quement ce chèque, contrairement à ce que prévoit le Code régissant les conflits d’intérêts des députés.

Désormais une cause

Devenu maire de Montréal en 2013, Denis Coderre considère maintenant que sa bataille judiciaire contre Shane Doan avait une portée beaucoup plus large.

Il estime que le don que lui a fait Jean Rizzuto s’apparente à n’importe quel don pour un organisme qui fait la promotion de la langue française.

«C’est quelqu’un qui croit à la cause du fait français. C’est quelqu’un que j’ai côtoyé, dont je côtoie la famille, c’est quel­qu’un qui est généreux, qui a voulu contribuer à la cause», nous a-t-il expliqué dimanche à propos de son «ami» Jean Rizzuto.

Quant à savoir pourquoi Jean Rizzuto n’avait pas fait son chèque directement à l’ordre du cabinet Fasken Martineau, Denis Coderre est demeuré vague.

«Est-ce qu’il aurait dû envoyer le montant directement à Fasken Martineau? Je ne sais pas, mais regardez, c’est ce qui est arrivé à cette époque», a-t-il dit à notre Bureau d’enquête.

– Avec la collaboration de Andrea Valeria et Félix Séguin

Extrait de l’entrevue de Denis Coderre à l’émission Les Francs-tireurs en 2010

Patrick Lagacé: Shane Doan te poursuit pour une lettre que tu as écrite, où tu le dénonçais. Tu le poursuis en retour.

Denis Coderre: Ouais!

PL: Des procédures judiciaires du genre, ça coûte cher...

DC: Ça vient de ma poche.

PL: Ça vient de ta poche?

DC: Ouais.

PL: C’est pas le Parti qui paye?

DC: Non. Ben non.

PL: Combien ça t’a coûté jusqu’à maintenant?

DC: Je te le dirai pas... parce que c’est privé, c’est des dépenses... pis j’embarquerai pas là-dedans là. Le salaire, c’est de notoriété publique, on le sait, mais je commencerai pas à dire qu’est-ce que je dépense.